• Lors du bombardement du 26 septembre 1944, le clocher de l'église Notre-Dame s'est écroulé. La disparition de sa silhouette du panorama de Calais-Nord serra le cœur des Calaisiens.

    Une oeuvre à la plume du professeur de dessin René Tétart représentant les ruines de l'église Notre-Dame, encadrées des réservoirs du dépôt d'essence de la place d'Armes

    Le 12 août 1945, le général De Gaulle, rend visite à la ville natale de son épouse. Il descend à pied le boulevard Jacquard à la tête d'un cortège de ministres et de généraux. A demi caché par son épaule droite, M. Jacques Vendroux. A l’extrême-gauche, nu-tête, le sous-préfet Hars. Le cortège passe devant la rue de la Tannerie, se dirigeant vers le théatre.

    Le 12 juillet 1947, M.Vincent Auriol, président de la république, remet la croix de chevalier de la légion d'honneur à la ville de Calais, en récompense de la belle tenue de la population durant les deux guerres mondiales. De droite à gauche: M. Phalempin, préfet; le ministre Eugène Thomas; Vincent Auriol; le ministre Daniel Mayer; le maire Hubert Desfachelles présentant le coussin avec la légion d'honneur et la croix de guerre 1914-1918.

    Le 8 mai 1949, le général Dumas, commandant de la division de Lille, décore de la croix de guerre 1939-1945 Calais "ville courageuse et héroïque..." M. Gaston Berthe, maire, présente le coussin à la population.

    La base britannique de Calais ne disparaîtra qu'en octobre 1948. Une réception marqua le départ de l'état major le 1er octobre 1948, quatre ans jour pour jour, après la libération de ville. De gauche à droite sur le perron de la mairie MM. Simoneau, sous préfet; le brigadier général Duke; Gaston Berthe, maire; le colonel Hill-Walker et deux officiers de la base dissoute.

    Semblant intacte, vue de face, l'église du Courgain-Maritime était si gravement touchée dans sa partie opposée que sa reconstruction fut écartée.

    Plusieurs années après la guerre, Calais-Nord offrait encore cet aspect désolé que la reconstruction allait transformer en un vaste chantier. Sur cette photo prise le 15 février 1949, des ouvriers aménagent la chaussée de la nouvelle rue Royale, aboutissant entre la tour du Guet et un pan de mur du beffroi, encore visible à gauche.

    Le 11 novembre 1944, sont ramenés à Calais les premiers corps de fusillés de la Résistance, retrouvés au fort de Bondues.

    Devant le palais de justice, où a été dressé une chapelle ardente, M. Vendroux rend hommage aux disparus.

    Le défilé de la victoire, le 8 mai 1945. Boulevard La Fayette, des marins français sont applaudis.

    Le détachement des troupes françaises cantonnées au Virval.

    Défilé du 8 mai 1945. Les personnalités passent au carrefour du théâtre. En tête, entre le commandant d'armes et le commandant de la marine, M. Vendroux et M. Baratte, président du comité de libération.

     

    La foule sur la place de l'hôtel de ville pendant les discours prononcés du balcon

    Une cérémonie marque le retour des prisonniers et des déportés, qui se rassemblent devant leur "Maison" boulevard Gambetta.

    Juste retour des choses: des prisonniers allemands sont occupés à déblayer la neige, à l'extrémité de la rue du Vauxhall. Ils préfèrent cela au déminage.

     

      

     

    « Les 3 gares maritimes »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


snow