• Cette photo aérienne de la batterie Linderman a été retrouvé dans un avion allié abattu le 13 septembre 1944. Les violents bombardements n'ont pas encore bouleversé le site. En bas, à gauche, les trois bunkers abritant les canons de 406 mm: Anton, Bruno et Caesar. Plus haut, au centre, les annexes de la batterie: poste d'observation, télémètres, batteries de D.C.A., cantonnements, infirmerie, etc.

    Au bastion XI, entre Blériot-Plage et Calais, dont un blockhaus disparait sous un filet de camouflage, le drapeau blanc a été hissé.

    A la batterie Todt, à Haringzelles, entre Audresselles et le Girs-Nez, deux sapeurs du Royal Engineers britannique s'amusent à chevaucher le tube intact de l'un des quatre canons de 380 mm.

     

    Sur les hauteurs entre Wissant et Escalles, des soldats canadiens suivent le bombardement du Blanc-Nez, dont les fumées s'élèvent dans le lointain.

    Le drapeau blanc a été hissé sur un des trois bunkers de la batterie Linderman. Un autre bunker est visible, au fond, à gauche.

    Après la reddition des artilleurs, sur la colline des Noires-Mottes, dont les bombes ont fait remonter la craie à fleur de sol, des fantassins du régiment de la Chaudière se dirigent vers la pièce Bruno de la batterie Linderman. A remarquer le faux canons peint sur la paroi du blockhaus pour faire croire à une pièce de plus petit calibre.

    Des soldats canadiens du North Shore Regiment près de la pièce Ceasar, la plus à l'ouest des trois canons Linderman. Un filet à grosses mailles d'acier protège l'embrasure contre les lancements de roquettes.

    Toujours braqué sur le détroit, le canon Caesar est examiné avec curiosité par ses conquérants. En bas, à droite, les portes blindées de la chambre de tir.

    Le soldat C.D. Walker, du Nord Shore Regiment s'est glissé dans la bouche d'un des canons de la batterie Linderman, près duquel se tient le lieutenant M.G. Aubur.

    Le lieutenant J. Waring, qui reçu la reddition de la batterie Linderman pour le North Shore Regiment pose pour le photographe du régiment, encadré par deux camarades, sous le canon Bruno qui éclata à la suite des tirs répétés et dont le tube demeure dressé à la verticale.

    Le commandant Roger Mengin, "libérateur de Calais", photographié le 30 septembre 1944, quelques dizaines de minutes avant sa mort.

    Sur cette photo prise aux Attaques le 30 septembre, on remarque de gauche à droite, le chanoine Pollet, le commandant Mengin, le capitaine Jacques Vendroux, le F.F.I. Georges Alloo et le chanoine Deseille.

    Le commandant Mengin se repose au pied d'un arbre. Il converse avec le capitaine Vendroux et le docteur Alfred Yardin.

    Ayant Georges Alloo à sa droite, le commandant Mengin sourit en voyant une Calaisienne accrocher des fleurs des champs au capot de sa voiture.

    Route de Saint-Omer, une stèle a été élevée à l'endroit où le commandant Mengin fut mortellement frappé par un obus canadien.

    « »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


snow