• 1954, la tragédie du « Côte-d'Azur »

    CALAIS. La majorité des bateaux français ne survivront pas à la Seconde Guerre mondiale, comme en témoigne le Côte—d'Azur, réquisitionné pour la guerre, qui explosera sur l’une de ses propres mines... Le Royaume-Uni s'en sort mieux, ce qui permet aux navires anglais de s‘approprier les liaisons transmanche sans trop de concurrence une fois la guerre terminée. Mais le Côte d’Azur deuxième du nom, en service à partir de 1951, permet à la France de se faire une petite place sur la Manche.

    « LA TRAGEDIE DU "COTE D'AZUR" »

     Le navire français ne sera pas victime de trop d’avaries, et sera même réputé pour sa régularité.

    Le bateau appartenant à la SNCF, il est chargé d’assurer la correspondance entre les trains anglais et français. Il est donc important pour lui de ne pas subir de retards. susceptibles de gêner fortement les usagers.

    Pourtant, en 1954, il accuse un retard de près de… 50 heures. Pendant deux jours, le bateau fera la une de nombreux journaux, on parle partout de la « tragédie du Côte—d’Azur». Un soir de décembre particulièrement agité, le Côte-d'Azur percute la jetée du port de Calais. En plus d’une énorme déchirure sur le flanc du bateau (heureusement au-dessus de la ligne de flottaison), une hélice est arrachée lors du choc et l'autre refuse de tourner. Le navire part à la derive, est rejoint par des remorqueurs qui débutent leur office, avant que les amarres utilisées ne cassent. Une seconde fois,

    le ferry est livré aux courants marins, jusqu'à la décision de jeter l’ancre. Le bateau est alors à un kilomètre de la côte, au beau milieu d'une mer de moins en moins calme. Les voyageurs devront attendre deux jours avant que le bateau ne soit de nouveau remorqué, avec succès cette fois.

    À BORD, ON JOUE AUX CARTES

    Alors que les médias dépeignent une situation désespérée particulièrement angoissante. les touristes débarquent impeccablement habillés, le souriré aux lèvres. étonnés et amusés de l’attention que le monde leur porte.

    Il faut dire que l'attente s'est déroulée au rythme des danses et des jeux de cartes et jamais la peur ne s'est invitée à bord du Côte-d'Azur. Le ferry est racheté en 1972 par une compagnie monégasque dans l'optique d’assurer une liaison entre la Corse, la Sardaigne et l’Italie.

    Le projet sera rapidement abandonné du fait des trop importantes réparations nécessaires avant son exploitation. L‘une des principales fiertés des Calaisiens sera jetée à la casse, après 22 ans de service et 11056 traversées de la Manche.  B. D. (CLP)

    1954, la tragédie du « Côte-d'Azur »

    Le "Côte d'Azur" restera 22 ans en service malgré un terrible accident 

    « 11 NOVEMBRE 1918Le « Compiègne», le premier bateau qui emmène notre voiture avec lui »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


snow