• Au début du XXe siècle, deux librairies baissaient le rideau

    Au début du XXe siècle, deux librairies baissaient le rideau

    CALAIS. Ces deux librairies—papeteries de la Belle Epoque ont disparu. Xavier Thiriat-Deguines, écrivain à ses heures, avait ouvert la sienne à l'entrée de la rue Royale, à l‘angle de la rue Française. Il avait racheté le débit de tabac de M. Fontbonne pour en faire une librairie et un dépôt de presse. Il était spécialisé dans la vente de produits des missions africaines et éditait aussi de superbes cartes postales. A sa mort, en 1906, le magasin est racheté par un jeune pharmacien, M. Rembert, qui le transforme en une belle officine : la pharmacie Richelieu.

    Une autre librairie-papeterie, la Librairie Centrale (ci-dessous), à l‘angle des boulevards Jacquard et Léon Gambetta, a été ouverte à la n du XIXe siècle par M. Leury-Desombre, auquel avait succédé M. Sauce-Noulette. Elle a été remplacée par un café Le Jacquard. J.-P.P.(CLP)

    Au début du XXe siècle, deux librairies baissaient le rideau

     

    « Avec le brexit, un possible retour des "no-passeport"Les collections du musée brûlées, les Six Bourgeois mis à l'abri »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


snow