• Boulevard de l'Egalité

    Voici l’entrée du boulevard de l’égalité en 1901. A l’origine route de Dunkerque, il devint en 1885, le boulevard Ferdinand de Lesseps du nom de l’homme qui avait fait percer le canal de Suez. Lesseps fut mêlé ensuite au scandale de Panama  et Emile Salembier, le maire, débaptisa cette artère qui devint boulevard de l’Egalité en 1897. Les commerces étaient nombreux, les pignons des maisons déjà couvert de publicités (peinture Ripolin, chocolat Damoy). J-.P.P. (CLP)

    Pin It

    votre commentaire
  • La pittoresque avenue de la plage

    L’avenue de la plage, percée au début du XXe siècle, devint l’avenue Raymond Poincaré en 1934. Pourtant, beaucoup de Calaisiens la désignent encore sous son premier nom. L’avenue avant-guerre et jusqu’en 1967, traversait un paysage dunaire. A l’ouest, deux restaurants, le Beau Séjour et la Potinière construits en 1936, étaient juchés sur la butte. A l’est, un camping municipal était ouvert en 1962. Il est fermé depuis 2012. L’urbanisation de la plage sous la municipalité Vendroux sera fatale à cette avenue. Une nouvelle avenue située une cinquantaine de mètres à l’est était percée fin 1967. La surface du camping était réduite et un immeuble de huit étages était construit face à lui, la résidence Rodin. Les premiers propriétaires s’y installeront fin 1970. Quel contraste entre la pittoresque avenue Raymond Poincaré des années 1950 et celle actuelle impersonnelle. J-.P.P. (CLP)

    Pin It

    votre commentaire
  • Le boulevard Jacquard et son tramway

    C’est après la guerre de 1870 que le tramway prenait vraiment son essor en France, d’abord par l’allongement du réseau parisien, puis quand il fut adopté par les principales grandes villes. En 1879, Calais sera une des premières villes moyennes à se doter d’un réseau de tramways, à l’époque hippomobile. Mais la traction animale a rapidement montré ses limites : dès 1879 s’ouvraient des lignes électrifiées avec captage aérien par fil trolley. En 1908, Calais électrifiait à son tour son réseau, date à laquelle cette photo a été prise. Le beffroi de l’hôtel de ville n’était pas encore construit ni la banque du Crédit Lyonnais à l’angle de la rue de Vic. Juste à côté, au commerce A la Pensée succéderont après guerre les établissements Brunet, l’actuel magasin de la chaîne Mim dont l’immeuble est en cours de réfection. J-.P.P. (CLP)

    Pin It

    votre commentaire
  • La rue de la Tannerie vers 1910

    Voici la rue de la Tannerie à son extrémité ouest, donnant sur le quai du commerce et le canal. Cette rue renommée rue Bercy puis rue des Tanneurs, devint finalement la rue de la Tannerie au milieu du XIXe siècle. On peut voir au-delà du canal, sur cette carte postée en 1910, la chapelle de la maison de retraite des Petites Sœurs des Pauvres. Un immeuble résidentiel a depuis été construit face au canal. Au premier plan, ces entrepôts appartenaient à Mr Vancouyghem-Detruitte qui y entreposait du charbon anglais et français. Les marchands de charbon s’y sont succédé. Le dernier Mr Thorez a fermé au milieu des années 1970. Sur l’angle du quai du Commerce s’ouvrait en 1964 la salle de gymnastique de l’Etoile. Dans les années 1990, des petits immeubles sortaient de terre, donnant un coup de jeune à cette rue. J-.P.P. (CLP)

    Pin It

    votre commentaire
  • La gendarmerie, construite en 1894

    La nouvelle gendarmerie a été ouverte en 1894. Elle était située en bordure du quai de l’Est, qui deviendra en 1910 le quai de la Gendarmerie. L’immeuble possédait de vastes dépendances et des écuries qui abritaient les chevaux de patrouilles. En 1945, l’armée britannique occupait l’immeuble, qu’elle avait transformé en prison militaire. La police locale a utilisé ensuite les lieux. La gendarmerie sera détruite et remplacée en 1973 par une biscuiterie, l’Alsacienne. Passée sous contrôle de Danone, elle fermera en 2002 après le mouvement social des Ptits Lus. La biscuiterie est devenue l’immeuble de l’OPH. Quant au quai, il se nomme toujours Quai de la Gendarmerie alors que celle-ci se trouve désormais rue Descartes. J-.P.P. (CLP)

    Pin It

    votre commentaire
  • Les commerces de la place d'Armes

    Après guerre la place d’Armes était raccourcie d’une trentaine de mètres à l’ouest afin d’assurer l’alignement de la nouvelle rue Royale avec la rue de la Mer. Les immeubles, au rez-de-chaussée desquels se trouvaient des commerces, ont été reconstruit dans un style cubique. Sur la gauche, à l’angle de la rue de la Citadelle, le commerce de journaux d’avant-guerre est toujours présent. Le café-friture le Moniteur le jouxtant abritait après-guerre la brasserie Au Moniteur qui est devenue le café de la Tour. Au centre, le magasin A la Tour du Jouet remplaçait le commerce Au Bon Marché, puis a été transformé en café Le Centaure. Le café d’avant-guerre Le Carvalho et la bijouterie de Henry Godefroy correspondraient à l’actuelle Civette. Face à eux se trouvait le terminus de la ligne hippomobile de tramways. J-.P.P. (CLP)

    Pin It

    votre commentaire
  • Le café du pont de Vic plus que centenaire

    Cette carte du haut a été postée en 1907. En contrbas de la passerelle construite en 1893, le pont de Vic très étroit tournait sur un pivot central. Il avait été construit en 1891 et sera démonté en 1942 par les Allemands pour en récupérer la ferraille. A l’angle de la rue Descartes, la famille Puget tiendra ce café jusqu’aux années cinquante. A côté se trouvait un salon de coiffure qui sera absorbé par le café lors de l’agrandissement. La maison a l’angle du quai de la gendarmerie vient d’être détruite comme l’avaient été les entrepôts la côtoyant. Le café existe toujours dans un quartier en pleine rénovation. Le pont de Vic a été éloigné de la passerelle. Il est désormais quasiment aligné sur le trajet avenue Louis Blériot –rue de Vic, ce qui n’était pas nécessaire à l’époque car l’avenue était un canal. J.-P.P. (CLP)

    Pin It

    votre commentaire
  • L’église et le couvent des Baraques

    L’église Notre-Dame de la Salette était achevée en 1863. Au fond, vers la plage, s’ouvrait la rue du Cimetière. Sur l’angle de cette rue et de la rue Principale se trouvait un vaste couvent dont on aperçoit le portail. Le couvent des Franciscains, ouvert en 1871, abritait un orphelinat. Dans le cadre de l’opération Fortitide destinée à faire croire à un débarquement sur les côtes du Pas de Calais, l’aviation alliée bombardait cette place dans la nuit du 2 au 3 juin 1944. L’église, le couvent et  plusieurs maisons étaient touchées. Le couvent et les maisons situées entre le front de mer et la Principale étaient entièrement rasés par les Allemands afin de dégager l’horizon vers la mer. La rue du Cimetière sera élargie et baptisée avenue de La Plage en 1952, et le couvent remplacé par l’hôtel des dunes. J-.P.P (CLP)

    Pin It

    votre commentaire
  • Au Pont-Du-Leu, l’usine la soie artificielle

    L’usine du Pont du Leu s’appelait encore la Soie Artificielle de Calais, au moment où la photo du haut a été prise, montrant la sortie des employés. Mise en service en 1927, elle produisait de la rayonne viscose. En 1935, l’industrie de la soie naturelle de Lyon est parvenue à faire interdire  l’appellation soie artificielle. L’usine est devenue Les Filés de Calais et a démarré la production de fibranne. Aux plus belles heures, près de trois milles personnes y travaillaient. En 1960 Courtaulds-France s’est implanté sur le site pour y produire de la fibre acrylique Courtelle. En 1965, les Filés de Calais ont fusionné avec ctte usine qui devint Courtaulds S.A, usine de Calais. Elle a fermé en 1990. Les trois cheminées, dont la plus haute culminait à 72 m, ont été dynamitées en 1992. Le site est devenu la zone industrielle de Courtimo. J.-P.P (CLP)

    Pin It

    votre commentaire
  • Les 6 Bourgeois place d’Armes

    Un matin de 1924, les Six Bourgeois quittaient la place Richelieu en raison de la construction d’un monument aux morts. Ils étaient transférés devant la face nord du musée place d’Armes et y resteront jusqu’en 1939, le bronze, mis à l’abri lors de la déclaration de guerre, est désormais installé face à l’hôtel de ville. La rue qui s’ouvre derrière eux sur l’ancienne photo était la rue de la Citadelle, l’actuelle rue André Gerschel qui a gardé son tracé. A gauche, le magasin de l’angle a été remplacé par la maison du fromage. La rue Royale ayant été déplacé vers l’ouest lors de la reconstruction, si l’on réinstallé le bronze des Six Bourgeois au même endroit. Il se trouverait au milieu de la chaussée sur la diagonale joignant les statues d’Yvonne et Charles de Gaulle à la rue André Gerschel. J.-P.P (CLP)

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique