• Le marché provisoire de Calais-Nord

    Robert Chaussois est l’aureur de la photo du haut qui date de la fin des années 50. La place d’Armes n’était pas encore réhabilitée et le marché de Calais-Nord se déroulait le mercredi et samedi sur le trottoir ouest face aux commerces. La maison de la presse était tout juste ouverte. A côté se trouvait un restaurent aux Moniteur devenu le café de la Tour. Aux n° 11 et 13, un commerce de chemisiers sur mesure laissera place  à la Tour du jouet, puis au café le Centaure. Le jouxtant, la Civette est toujours présente. A part ces changements d’enseignes, la grosse différence avait été la construction face aux deus cafés de terrasses qui avaient envahi les aires de stationnement. Depuis la rénovation récente, les terrasses ont été collées aux cafés redonnant espace et confort aux piétons.

    Pin It

    votre commentaire
  • La rue royale au milieu des années 50

    A la fin de la seconde guerre mondiale , Calais-Nord n’était plus qu’une vaste friche. Déblayer les ruines modifier le tracé des rues, attendre les financements avaient retardé la reconstruction qui débuta dans les années 50. Rue Royale, le style néo-flamand avec des briques rouges, sera adopté pour les premiers îlots d’immeubles, ceux qui sont sortis de terre  ici à l’estrimité de la rue Royale et qui abriteront le cinéma Crystal-Palace, ouvert en 1955, plus tard transformé en casino. Sur l’angle des rues de la Paix et Royale, le magasin A la Botte Française n’était pas encore ouvert. Sur l’autre angle se trouvait un magasin provisoire d’électro-ménager où seront construits les immeubles qui  deviendront le café de l’Agriculture et le magasin de chaussures Alban, désormais remplacé par le café de Paris.

    Pin It

    votre commentaire
  • Un bassin de natation à ciel ouvert

    Apprendre à nager dans un canal avait certes son charme… Il faut attendre le milieu des années cinquante pour qu’une piscine permette enfin aux Calaisiens de nager dans de meilleures conditions. Un modeste bassin métallique démontable était installé quai du Rhin en contrebas du pont Freycinet, près du château d’eau. Il mesurait 12.50 m sur 6.50 m avec 80 m3 d’eau filtré non chauffée. Il possedait un club-house en briquettes rouges portant la mention « Ville de Calais-Ecole de natation ». Ce bassin permettait d’attendre la construction d’une vraie piscine. Baptisé du nom d’Emile Ranson, elle sera inauguré le 15 septembre 1963 par Maurice Herzog, le ministre des sports. Le club-house disparaîtra lors de la construction de la voie rapide sur berge sous le pont Georges V.

    Pin It

    votre commentaire
  • La rue Royale et ses commerces

    La rue Royale et ses commerces

    Les immeubles de la rue Royale venaient de sortir de terre, terme approprié car toute cette zone avait été arasée et la rue redessinée plus à l'est. La photo du haut date du milieu des années cinquante. Cette Renault 4 cv, stationnée au bord d'un trottoir inachevé, était la voiture familiale par excellence. Quelques commerces commençaient à ouvrir. Au premier plan, un antiquaire, A la Tour du Guet, avec ce landau devant la vitrine, est devenu une banque. Josy, un institut de beauté, une agence immobilière. Un café-tabac perdure et a pour enseigne la Mazarin. Un tailleur West-End Tailors est l'actuel magasin de chaussures Benjamin. Frimas, une mercerie, est devenue un magasin de vêtements, un magasin de fleurs a été transformé en café (La Crypte) et la crèmerie de M.Rambour en magasin de fleurs, le Baccara.

    Source La Voix du Nord 

    Pin It

    votre commentaire
  • La rue Edison face aux Six Bourgeois de Calais

    La rue Edison face aux Six Bourgeois de Calais

    Avant guerre, la rue Edison débouchait déjà sur le jardin Richelieu et, photo du haut, sur la statue des Six Bourgeois. Ceux-ci y resteront visibles de 1895 à 1914 et de 1919 à 1924. Ils seront déplacés ensuite vers la place d'Armes face au musée. Ce quartier sera bombardé et ravagé en mai 1940 par l'aviation allemande qui visait la citadelle où les troupes alliées étaient retranchées. Le tracé de la rue Edison sera confirmé en 1951 avec un léger décalage vers Saint-Pierre qui lui laisse encore une vue sur le jardin Richelieu mais cette fois sur la friterie. A l'époque, la gare centrale possédait une sortie nord et il suffisait aux voyageurs de franchir le pont Freycinet pour rallier Calais-Nord. Ceci explique la présence des deux hôtels de voyageurs situés aux angles de la rue Edison et de la rue du Quai de l'Escaut

    source La voix du nord

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
snow