• Calais, balade en tramway

    Calais, balade en tramway

     32. La ligne Théâtre - Pont-du-Leu - Coulogne - Guînes n'avait pas été facile à réaliser
     
    Il avait fallu contourner le refus de la Compagnie du Nord quant au franchissement des voies ferrées
    aux Fontinettes et puis aussi vaincre les craintes de la Compagnie des Eaux inquiète de voir les canalisations en fonte se rompre à cause des trépidations causées par les motrices.
    Jean Prudhomme avait édité en 1989, un ouvrage Le Pont du Leu à 300 ans dans lequel il consacrait une page au tramway de son enfance et en particulier ce franchissement épique des rails de chemin de fer : « Il y avait dans la journée une ligne Théâtre-Fontinettes dont le terminus se trouvait rue des Fontinettes à côté de la passerelle pour piétons permettant la traversée des voies en cas d'arrêt prolongé des trains... Un autre véhicule attendait les passagers au-delà du passage à niveau à côté d'un bâtiment hexagonal qui servait de bureau d'octroi, face à un café tenu vers 1920 par Albert Poidevin. Le matin, lors du premier départ des Fontinettes, un cheval tirait le véhicule pour la traversée du passage à niveau, car les lignes électriques ne le surplombaient pas. Le soir, pour la rentrée au dépôt, sis près du théâtre, le même cheval participait au trajet inverse ».
    Une fois passé le passage à niveau, le tramway traversait le quartier du Pont-du-leu par le Chemin des Régniers : « Le tramway s'arrêtait quatre fois dans le Pont du Leu entre les Fontinettes et le Pont de Coulogne : à l'angle de la rue du Texas, face à la rue du Pérou (facultatif), face à la rue de Québec, face au café des Sports (rue des Chataîgniers). Une double voie installée depuis la rue du Brésil jusqu'à la rue Bonvarlet permettait le croisement des véhicules ».
    Le tramway poursuivait sa route vers Guînes. Le terminus pour le tramway électrique avait été dans un premier temps au Batelage, puis le 27 mars les derniers mètres étaient achevés et la motrice stoppait sur la place de la Mairie. Quelques semaines plus tard, Narcisse Boulanger, le maire, organisait une grande fête le 1er mai 1910 pour célébrer l'événement. •  
    J.-P. PRUVOT (CLP)
    « Calais, balade en tramwayCalais, balade en tramway »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


snow