• Calais, balade en tramway

    Calais, balade en tramway

       31. Le tramway revenait vers le centre ville par l’étroite rue de la mer
     
    Cette carte postale est datée de 1908. Elle a pour sujet principal ce tramway
    qui n'est plus tiré par un cheval mais qui profite de l'électrification du réseau, effectif depuis juin 1908. La liaison avec la plage n'avait pas encore été établie. Le tramway arborait une publicité pour la liqueur Bénédictine, un moyen pour la Société des Transports Calaisiens d'accroître ses recettes. La motrice tournait vers la rue de la Mer après avoir emprunté la rue du Havre puis le boulevard des Alliés, encore nommé boulevard International, avec en arrière plan le phare. La prise de vue permet de se rendre compte de l'animation qui régnait sur, ce boulevard, certainement un dimanche d'été, peut-être jour de fête au Courgain-Maritime si l'on en juge par la foule déambulant sur le boulevard. Les terrasses des cafés et restaurants étaient alors nombreux sur ce boulevard qui n'a pas retrouvé cette animation d'avant-guerre. Celui sur l'angle possédait même une terrasse ouverte à l'étage avec vue sur le bassin du paradis. Malgré le soleil, les dames restaient couvertes, vêtues de longues jupes noires, avec comme seule fantaisie ces corsages blancs. Quant aux hommes, le couvre-chef était de rigueur, haut-de-forme ou canotier.
     
    Ci-dessous, le tramway débouchait de la rue de la Mer. Cette rue étroite ouvrait sur la place d'Armes mais n'était pas alignée, comme actuellement, sur la rue Royale. Cela obligeait la motrice à virer sur sa droite pour contourner la place. Dans cette rue se trouvait une salle de spectacle, au n° 8, le Concert des Familles qui deviendra le cinéma Le Calaisiana. Sur l'angle le café-restaurant se nommait Le Boulonnais au n° 86 de la place d'Armes. Il sera successivement tenu au début du XXe par les époux Mariage-Merck, Hache-Gomel, puis par M. Félicien Barthe. Le café deviendra après la Grande-guerre un magasin de vente de souvenirs avec pour raison sociale Coquillages, commerce géré par M. Martin-Gilliot et cela jusqu'à la Seconde guerre mondiale. •  J.-P. PRUVOT (CLP)
    « Calais, balade en tramwayCalais, balade en tramway »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


snow