• Calais, balade en tramway

    Blog de alorsraconte :CALAIS, Balade en tramway dans le Calais d'autrefois
    19. Une ligne Rue Mollien à la place de celle prévue rue de Vic, rue Chanzy
     
     La Société des Tramways avait finalement obtenu de la ville
    de troquer la ligne boulevard Jacquard-boulevard La Fayette via les rues de Vic et Chanzy, par une ligne empruntant la rue Mollien jusqu'au terminus de la Porte-de-Gravelines qui semblait plus rentable, étant donné l'implantation d'usines dans ce secteur. Elle sera exploitée de 1908 à 1937. La ligne partait du Fort-Nieulay via le théâtre puis l'hôtel de ville jusqu'au pont de l'enceinte. Une seule voie avait été construite sur laquelle la motrice faisait l'aller-retour. La carte postale du bas a été postée en 1913. On y voit le terminus de la porte de Gravelines avec, à l'angle des rues Mollien et Phalsbourg, le café de M. Vasseur-Agneray, qui avait profité de l'occasion pour nommer son établissement « À l'arrivée du tramway ».
    Les rails s'arrêtaient là. Un traminot faisait pivoter de 360° le trolley, la tige reliant la motrice au réseau électrique, et le wattman passait de l'arrière à l'avant, la motrice possédant une double commande. Bonne occasion pour se pencher sur un problème pratique. Comment freiner ces motrices de onze tonnes en cas de nécessité ? Voilà l'explication de M. Prudhomme : « Le wattman augmentait ou diminuait la vitesse du tramway à l'aide d'une clé spéciale démontable agissant sur un rhéostat. Le freinage comportait deux systèmes : l'un utilisé en permanence exigeait de nombreux tours de manivelle avant d'être efficace et commençait à être manoeuvré plus de 20 mètres avant l'obstacle. Le desserrage des freins produisait un bruit de cliquet caractéristique. L'autre, beaucoup plus sûr et que nous appelions le frein électrique, n'était actionné qu'en cas d'extrême urgence et stoppait le véhicule sur place. Le wattman signalait sa présence en actionnant avec le pied une tige de métal frappant un timbre installé sous le plancher. Une longue lanière de cuir reliée à un timbre plus petit fixé au-dessus du conducteur, permettait aux usagers de demander l'arrêt du véhicule aux stations réglementaires  ». •  J.-P. PRUVOT (CLP)
    « Calais, balade en tramwayCalais, balade en tramway »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


snow