• Septembre 1346 : après la bataille de Crécy, Edouard III d'Angleterre, vint investir Calais en bloquant la ville par mer et par terre, le blocus durera 6 mois, lorsque Philippe de Valois tente de le débloquer, mais il ne réussira pas, les habitants se trouvent réduits aux dernières extrémités, après s'être nourris, de rats, de chiens, de chats, Jean devienne, gouverneur de la place dut demander à capituler.
    • Edouard déclara que la ville n'obtiendrait merci qu'à une seule condition :
    • 6 notables parmi les plus grands de la ville se présentent à lui.
    • Eustache de St Pierre, fit un discours détonnant "j'ai en droit moi si grande espérance d'avoir pardon pour Notre-seigneur si je meurs pour le peuple sauver, que je veux être le premier".
    • Il fut suivi par son cousin Jean d'Aire ainsi que par les frères Wisant, Jacques et Pierre, puis par 2 citoyens héroïques dont les noms n'ont pas été conservés.
    • Edouard se montra inflexible malgré l'admiration des Anglais envers ces six notables, et s'écria d'un ton terrible qu'on amenat le coupe-tête.
    • Cependant la reine Philippine de Hainaut, aux supplications de laquelle se joignirent des chevaliers anglais obtint la grâce d'Eustache et de ses compagnons
    • Edouard entra le lendemain dans la ville et chassa tous les habitants et les remplaça par une population anglaise.
    • 1436 : le duc de Bourgogne tenta vainement de reprendre la ville aux anglais
    • 1558 : le duc de Guise la reprit après un siège de 7 jours, bien que les anglais eussent écrit sur les portes de la ville "les Français reprendront Calais quand le plomb nagera sur l'eau comme le liège".
    • 1595 : les ligueurs s'emparèrent de la ville, mais le traité de verdun, la replaçà sous l'autorité du roi

    Calais: La ville est exclusivement tournée vers la mer depuis les années 1600 autant pour le commerce que pour les "courses", beaucoup de marins de bateaux corsaires vivent à Calais autour de la paroisse Notre-Dame se mêlant à une population plutôt bourgeoise.

    Après 1815 Calais n'aura plus de corsaires.

    • Fusion des communes de Calais et Saint-Pierre en 1815
    • La ville a été décorée de la Croix de guerre 1914-18, de la légion d'honneur et de la Croix de guerre 1939-45
    •  Toponymie
      Nom qui vienr de kal, pierre, rocher
      Calais doit son nom au détroit sur lequel elle se trouve. Avant 1789 elle était le chef-lieu d'un gouvernement appelé "Le Pays Reconquis"

       

      (extrait du Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, par le comte de Loisne, 1907) :
      -1180 : KALEEIS (charte d'Artois)
      -1180 : CALAYS (charte de Saint-Bertin)
      -1181 : KALAIS (id)
      -1196 : KALEIS (charte d'Artois)
      -XIIe siècle : CALAISSIAUM
      -XIIe siècle : CALESETUM
      -1204 : KALET (archives nationales)
      -1220 : KALES (charte de Saint-Bertin)
      -1226 : CALAYS (id)
      -1227 : CALASIUM (Historique de France)
      -1228 : KALEES (charte de Saint-Bertin)
      -1259 : CALESIUM (id)
      -1266 : KALESIUM (id)
      -1282 : CHALAIS (charte d'Artois)
      -1306 : CHALAYS (mémoires de a Société académique de Boulogne)
      -1320 : CALLAIS (charte d'Artois)
      -1331 : CALAIS (charte de Saint-Bertin)
      -1415 : CALLES (mémoires de la Société académique de Boulogne)
      -1472 : CALISIA (charte de la Capelle)
      -1492 : CALLAYS (comptes de Beuvrequin)
      -1556 : CALLES, CALLICE, CALLIS, CALYS (territoires anglais du Calaisis)
      • Calez en vieux Roman
      • Histoire administrative

        • 1879 : une enceinte fortifiée est construite autour des deux agglomérations. Le préfet pense qu'il serait souhaitable de réunifier ces deux villes. Cependant leur intérêt économique semble si différent que cette réunification parait improbable.
        • 7 février 1882 : le préfet du Pas de Calais estime qu'il est nécessaire de convoquer les deux conseils municipaux, pour envisager le regroupement des cités. Les Saint-Pierrois pensent que cette hypothèse est une chance pour eux. En effet, le budget municipal est en contant déficit de plus ils deviendraient majoritaires (en nombre) dans cette nouvelle ville. Les Calaisiens sont, bien entendu, réticents.
        • le 18 mai 1883 : le conseil municipal de Calais donne son accord pour cette réunification, sous réserve que Saint-Pierre accepte différentes conditions : par exemple, le conseil municipal demande l'attribution du nom historique de Calais à la nouvelle cité, la conservation des marchés du mercredi et du samedi, le maintien du tribunal de commerce, de la chambre de commerce et de la caisse d'épargne dans la circonscription de l'ancien Calais.
        • 10 novembre 1884 : après de multiples tractations, les conseiller municipaux tombent d'accord pour la fusion des 2 communes.
        • 29 janvier 1885 : la loi est publiée dans le journal officiel de la république. La cité bourgeoise de Calais fusionne avec sa voisine, la ville industrielle de Saint-Pierre-lès-Calais.
        Calais devient la ville la plus importante du département.
        • 9 mars 1885 : les élections donnent comme résultat : 10 élus conservateurs à Calais nord et 22 élus républicains pour Saint-Pierre. Au premier tour Van Grutten de la ligue républicaine est élu maire avec 31 voix contre une pour Charles ravisse.
        Fort de leur écrasante majorité, les Saint-Pierrois ont tous les postes de responsabilité. Au niveau démographique, il existe un réel déséquilibre entre la cité de St Pierre et Calais, Calais compte 1 500 habitants et Saint-Pierre plus de 35 000.
          • 10 Mars 1885 : la majorité des voix va aux élus de Saint-Pierre. Monsieur Charles Ravisse, ancien conseiller municipal de Calais administre provisoirement la nouvelle cité. Paul Van Grutten : né à Calais le 24 avril 1821, Van Grutten a été le dernier maire de Saint-Pierre et le premier maire du nouveau Calais, sous l'étiquette de la ligue républicaine.
          • Quartiers de Calais

            Saint Pierre

            La population de Saint Pierre est composée principalement d'ouvriers de la dentelle. En effet, le faubourg connaît depuis l'introduction de la dentelle mécanique, un essor économique incroyable. De plus on voit apparaître dans la ville de nombreux Anglais (près de 4000), venant profiter de cette industrie nouvelle. Les Saint Pierrois sont politiquement à gauche, "revendicatifs" et socialisants.

          • Patrimoine

          • Hôtel de ville reconstruit au début du 20e siècle, avec beffroi de 75m. de haut
            • Face à la Mairie, le groupe en bronze de Rodin Les Six Bourgeois , rappelle un épisode douloureux de l’histoire calaisienne. Ce bronze de Rodin fut inauguré le 3 juin 1895. Noms des six Bourgeois : Eustache de Saint Pierre - Pierre et Jacques de Wissant - Jean d'Ayre - Jehan de Fienne - Andreus d'Andres. Ils devaient apporter au roi Edward III les clés de la ville "en chemise et la corde au cou" - Ils devaient donc être pendus et non guillotinés. La reine Philippine de Hainaut demanda leur grâce. 
            • Église Notre-Dame : joyau architectural des 13e et 14e siècles- de style Tudor également, possède un maître-autel unique d’une hauteur de 17 m.
        C’est là que la cérémonie religieuse unissant le Capitaine Charles de Gaulle et Yvonne Vendroux a été célébré en 1921.
          • Église Saint-Pierre (1858-1864)
          • Église Notre-Dame des Armées
          • Église Notre-Dame de Consolation
          • Église Saint-Antoine-de-Padoue
          • Église Saint Benoît-Labre
          • Église Sainte-Germaine-Cousin
          • Église Saint-Joseph
          • Église Sainte-Madeleine(du(Petit-Courgain
          • Église du Sacré-Cœur
          • Temple protestant
          • Témoin du plus grand chantier du XXe siècle : le Tunnel sous la Manche et la Cité Europe avec ses nombreuses infrastructures environnantes.
          • Cité Internationale de la dentelle et de la mode (35 quai du Commerce)
          • Musée des Beaux-Arts (25 rue Richelieu)
          • Musée-mémoire de la Guerre 1939-1945 (parc Saint-Pierre), situé dans un bunker de la marine de guerre allemande
          • Citadelle du 16e soècle, reprise par Bauban au 17e siècle
          • Fort Nieulay, du 16e siècle . Vauban décida de raser l’ancien fort et de le reconstruire plus à l’ouest, à cheval sur la rivière afin de mieux assurer la défense du pont. Les travaux durèrent de 1677 à 1679 permirent de mettre à l’abri les trois écluses permettant d’inonder le Calaisis en introduisant l’eau de mer et en empêchant l’écoulement des eaux du pays.
          • Théâtre de 1903
          • Tribunal (ancien hôtel de ville), de 1858-1864
          • Monument à Émile Salembier
          • Phare (hauteur : 59 m, 271 marches) (place Henri Barbusse)
          • Démographie

          • Année 
            Nombre
            1793 
            6 549
            1800 
            6 996
            1806 
            8 102
            1821 
            8 854
            1831 
            10 437
            1836 
            10 865
            1841 
            12 508
            1846 
            11 444
            1851 
            10 993
            1856 
            11 969
            Année 
            Nombre
            1861 
            12 934
            1866 
            12 727
            1872 
            12 843
            1876 
            12 573
            1881 
            13 529
            1886 
            58 969
            1891 
            56 867
            1896 
            56 940
            1901 
            59 743
            1906 
            66 627
            Année 
            Nombre
            1911 
            72 322
            1921 
            73 001
            1926 
            71 629
            1931 
            70 213
            1936 
            67 568
            1946 
            50 048
            1954 
            60 340
            1962 
            70 372
            1968 
            74 624
            1975 
            78 820
            Année 
            Nombre
            1982 
            76 527
            1990 
            75 309
            1999 
            77 333
            2006 
            74 888
            2011 
            72 915
            - 
            -
            - 
            -
            - 
            -
            - 
            -
            - 
            -
        • Repères géographiques

        • Située à 92 km de Lille et à 234 km de Paris
        •  Ville de naissance et de décès de

      • Georges ANDRIQUE, peintre (2/11/1874-Calais, 1964)
      • Nicolas ANOT, volleyeur né le 18/11/1981
      • Henri Ernest BAILLON, botaniste (30/11/1827-Paris, 19/7/1895)
      • Romain BARRAS, athlète (décathlon) (1/8/1980-....)
      • Jean-Jacques BARTHE, maire de la ville (1971-2001) et député (1981-1986)
      • Jean Pierre Antoine de BEHAGUE de VILLENEUVE, militaire (23/11/1727-Londres (Grande-Bretagne), 12/5/1813)
      • Auguste BERTHOIS, militaire et député de 1830 à 1832 (17/5/1787-Paris, 15/2/1870)
      • Henri Joseph BLANQUART de BAILLEUL, homme politique (1758-Versailles (Yvelines), 1841)
      • Louis Marie Edme BLANQUART de BAILLEUL, évêque de Versailles (1832-1844) et archevêque de Rouen (1844-1858), né le 8/9/1795, décédé à Versailles (Yvelines) le 30/12/1868
      • Alexandrine de BLESCHAMP, épouse de Lucien BONAPARTE (1778-Senigallia (Italie), 13/7/1855)
      • Djezon BOUTOILLE, footballeur (9/11/1975-....)
      • Albert BREBANT-PIEL, peintre du 19e siècle
      • Virginie BREMONTn basketteuse née le 16/7/1987
      • Sandra BRETONES, actrice et animatrice sous le nom de Sandra LOU (24/12/1980-....)
      • Ford Madox BROWN, peintre (12/4/1821-Londres (Grande-Bretagne), 6/10/1893)
      • Manuel CARPENTIER, rugbyman né le 15/10/1959
      • Jacques COURTOIS, ventriloque né le 5/4/1928
      • Athanase Philippe CUCHEVAL-CLARIGNY, journaliste historien né le 1/2/1821 et décédé à Maisons-Laffitte (Yvelines) le 3/11/1895
      • Louis DAQUIN, réalisateur scénariste (20/5/1908-Paris, 2/10/1980)
      • Frédéric DARRAS, footballeur (19/8/1966-Maligny (Yonne), 27/10/2010)
      • Josette DEBOVE, épouse REY, lexicologue (16/11/1929-Sénégal, 22/3/2005)
      • Jean-Robert DEBRAY, député de 1958 à 1962 (7/11/1906-Paris, 28/8/1980)
      • Laurent DUFRESNE, footballeur né le 2/3/1972
      • Maurice DUPREZ, militaire (15/7/1891-Janville (Haute-Savoie), 11/4/1943)
      • Roger DUTOIT, acteur (8/2/1923-3/5/1988)
      • Audret FASQUEL, auteur de bandes dessinées née en 1981
      • Jean-Louis FOURNIER, écrivain humoriste et scénariste (19/12/1938-....)
      • Paul FOURNIER, historien (26/11/1853-14/5/1935)
      • François-Louis-Thomas FRANCIA, peintre né et décédé à Calais les 21/12/1772 et 5/2/1839)
      • Jean GALLE, basketteur puis entraîneur (17/3/1936-....)
      • Pierre GALLE, basketteur puis entraîneur, frère jumeau de Jean (17/3/1936-....)
      • Mickaël GERARD, footballeur né le 29/12/1972
      • Antoine Alexandre Louis Auguste GONARD, général né lr 18/5/1853, décédé à Versailles (Yvelines) le 30/7/1928
      • Ida GOTKOWSKY, musicienne compositrice (26/8/1933-....)
      • Henri Albert de la GRANGE d'ARQUIEN, cardinal (8/9/1613-Rome (Italie), 24/5/1707)
      • Jean GROU, jésuite (23/11/1731-13/12/1803)
      • Nicolas HENARD, navigateur né le 16/9/1964
      • Jean IMBERT, juriste (23/6/1919-Paris, 13/11/1990)
      • Marie-Adèle ISAAC-LELONG, cantatrice (8/1/1854-Paris, 22/10/1915)
      • Thierry JACOB, boxeur, champion du monde en 1992 (8/3/1965-....)
      • Cédric JANDAU, footballeur né le 2/11/1976
      • André LANNOY, footballeur (1/3/1945-....)
      • Léon LANNOY, coureur cycliste (23/6/1888- ? )
      • Pierre Antoine de LAPLACE, écrivain (1707-Paris, 14/5/1793)
      • Delphine LEDOUX, gymnaste née le 15/5/1985
      • Grégory LEFEBVRE, footballeur né le 16/10/1971
      • Raymond LEFEBVRE, musicien compositeur (20/11/1929-27/6/2008)
      • Antoine LELEUX, secrétaire d'État né et décédé à Calais en 1781 et 1849
      • Pierre LERICH, compositeur (29/6/1937-Lille, 11/8/2008)
      • Henry LHOTELLIER, peintre (1903-?)
      • Didier LOCKWOOD, violoniste de jazz né le 11/2/1956
      • Georges MARESCHAL, chirurgien (8/4/1658-Bièvres (Essonne), 13/12/1736)
      • Édouard MAUBERT, peintre (30/1/1806-Paris, 30/4/1879)
      • Jocelyn MERLEN, footballeur né le 24/11/1972
      • Charles MICHAUD, curé de Saint-Omer, député, né le 10/2/1759, exécuté à Arras le 17/4/1794
      • Mathieu MILLIEN, footballeur né le 14/5/1978
      • Arnaud MOLMY, coureur cycliste (7/8/1988-....)
      • Jean-François O'MAHONY, maréchal (7/10/1772-Boulogne-sur-Mer, 1842)
      • André PARMENTIER, député (1956-1958), né et décédé à Calais les 22/2/1912 et 28/8/1978
      • Claude PETITFRERE, historien né en 1936
      • Charles Antoine Guillaume PIGAULT de l'ÉPINOY, connu sous le nom de Charles PIGAULT-LEBRUN, écrivain (8/4/1753-La-Celle-Saint-Cloud (Yvelines), 24/7/1835)
      • Eustache de SAINT-PIERRE, l'un des Bourgeois de Calais
      • Émile SALEMBIER, maire de la ville (1908-1912), député (1914-1919), né à Saint-Pierre-les-Calais le 18/7/1857, décédé à Calais le 11/6/1919
      • Thomas SOUVILLE, corsaire né et décédé à Calais les 24/2/1777 et 31/12/1839
      • Jean-Baptiste Pierre du TERTRE, médecin écrivain (17/1/1926-....)
      • Jean-Baptiste du TERTRE, religieux botaniste (son vrai prénom étant Jacques) (Calais, 1610-Paris; 1687)
      • Jeanne THIL, peintre (18/12/1887-1968)
      • Steven TRONET, coureur cycliste (14/10/1986-....)
      • Roger VANTIELCKE, dépputé de 1936 à 1942, né le 5/2/1903, décédé à Toulouse (Haute-Garonne) le 14/8/1945
      • Felice VARESI, baryton (1813-Milan (Italie) 13/3/1889)
      • Emmanuel VASSEUR, footballeur né le 3/9/1976
      • Jacques VENDROUX, maire de Calais (1959-1969), député (1845-1955 et 1958-1973), né et décédé à Calais les 28/7/1897 et 1/4/1988
      • Jacques VENDROUX, journaliste né le 1/3/1948
      • Yvonne Charlotte Anne-Marie VENDROUX, épouse Charles de GAULLE, née le 22/5/1900 et décédée à Paris le 8/11/1979
      • Cyril WATNEY, agent secret (29/9/1922-23/2/2009)
      • Robert WATTEBLED, évêque né le 5/6/1946
      • Claude Jacques WILLARD, mathématicien écrivain (18/7/1927-3/6/1996)
      • "Géant" de la commune : 
      -JEHAN de CALAIS, marin guerrier, créé en 1901 avec dernière restauration en 1994, hauteur 5 m, poids 150 kg
      -CONSTANCE du PORTUGAL, créée en 1902, dernière restauration en 1994. Mariée à Jehan le 29/6/1902
      -CLÉMENT le marchand de moules, créé en 1955, reconstruit en 1992, hauteur 4,50 m, poids 100 kg
      -GUSTAVE le JARDINIER (2006)

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique