• Calais pendant la Seconde Guerre mondiale

    Le 1er septembre 1939, l’armée allemande envahit la Pologne. 
    Le 3, à la suite de l’Angleterre, la France déclare la guerre à l’Allemagne pour défendre son allié polonais. A Calais, dès cette proclamation, les Six Bourgeois sont mis à l’abri et les sirènes  testées. La municipalité supprime les festivités, institue des restrictions tel un jour sans viande et interdit la pêche aux harengs.

    Calais pendant la Seconde Guerre mondiale

    Officiers Allemands

    L’hiver de l’année 1940 est difficile. Au printemps des cartes d’alimentation sont établies pour la population. En mai, la Belgique et les Pays-Bas tombent. Le ciel calaisien s’obscurcit de nombreuses vagues d’avions allemands, des bombes pleuvent sur Calais-Nord au bassin Carnot. Après la prise d’Amiens et d’Abbeville, Calais devient un des objectifs du général allemand Guderian. Le 24 mai, la 10e division de Panzers1 encercle Calais. 3000 combattants britanniques dirigés par le général Nicholson et appuyés par 800 Français défendent la ville et le port. Les troupes étant insuffisantes pour tenir le périmètre de la ville, de durs combats ont lieu dans les rues de Calais. Nicholson doit résister à tout prix pour permettre l’évacuation des troupes à Dunkerque avec l’opération “Dynamo”. Le 26 mai à 16 h 45, Calais doit capituler. Les destructions sont importantes. Le Courgain a disparu sous les bombes. Ne restent debout que le phare, la tour du Guet et Notre-Dame.

    Calais pendant la Seconde Guerre mondiale

    Le rationnement alimentaire

    Le lendemain, l’occupation se met en place, une liste d’otages est demandée, un couvre-feu instauré de 21 h à 6 h du matin. La vie reprend son cours avec la réouverture de certaines boutiques. Chacun a droit à 250 g de pain. L’Armistice national est signé le 22 juin. Le ciel calaisien devient le témoin de la bataille d’Angleterre et des nombreux combats aériens dont les victimes retombent souvent dans le Calaisis. La résistance s’organise avec le réseau Jean de Vienne, qui cherche à collecter et à transmettre des renseignements d’ordre militaire utiles à la cause alliée. Les membres fondateurs se nomment Marcel Féty, Marcel Delage et Léonel de Pinho2, âgé de moins de 20 ans. La fête du 14 juillet n’a pas lieu.

    Calais pendant la Seconde Guerre mondiale

    Fin 1940 : les troupes allemandes sont dans Calais et patrouillent dans les rues

    L’école reprend en alternance pour les filles et les garçons. Les cartes de rationnement portent sur le pain, le sucre, le café, les pâtes, la viande, les fromages, les matières grasses, le savon, le charbon, le lait. En 1941, les queues s’allongent devant les boucheries ; en février on ne distribue que 3 kilos de pommes de terre par personne, la presse publie des recettes de guerre comme les oignons au gratin, la tarte aux pommes de terre. Les rencontres sportives reprennent, l’Alhambra donne deux représentations toutes les deux semaines. Le rationnement s’étend aux vêtements, au gaz, au tabac. Les bombardements sont nombreux. Le réseau Jean de Vienne est

    démantelé. A la fin de l’année, le conflit devient mondial avec l’entrée en guerre des États-Unis après l’attaque par le Japon de la base de Pearl-Harbor. 

    Calais pendant la Seconde Guerre mondiale

    1943 : le mur de l’Atlantique, batteries allemandes et radars sur les dunes de Calais

    1942 voit la résistance calaisienne touchée : exécutions et déportations se succèdent. Le ravitaillement est difficile. Pour acheter des souliers par exemple, il faut déposer une demande à la carte de vêtements et de chaussures contre un bon d’inscription et régulièrement certains numéros des bons paraissent dans la presse locale, comme pour une tombola ! L’église Notre-Dame se vide d’un grand nombre d’objets, mis à l’abri. Le 19 septembre, la batterie  Lindemann  est  inaugurée.  La  vie  pourtant

    continue, on note 535 naissances et 253 mariages. Les statues calaisiennes sont menacées de fonte. Cependant, la pêche reprend. Suite à des actes de résistance, le couvre-feu se trouve renforcé en 1943, on ne peut plus circuler entre 18 h et 8 h du matin, tous les établissements publics sont fermés. Les “Six Bourgeois” partent en Seine et Marne à l’abri. En février un premier départ pour le STO3 est organisé. Tous les Français nés entre 1920 et 1922 doivent s’y présenter ; à Calais ils sont 1125. le quartier des Fontinettes connaît un terrible bombardement. Un nouveau stade municipal provisoire est inauguré au Fort-Nieulay.

    Calais pendant la Seconde Guerre mondiale

    Le gigantesque canon Lindemann

    En février 1944, les Allemands considérant Calais comme le lieu probable d’un prochain débarquement allié, de nombreux Calaisiens doivent partir, ceux qui ne peuvent être accueillis par la famille sont évacués vers la Nièvre ou la Marne. 

    Calais pendant la Seconde Guerre mondiale

    1943 : des Calaisiens observent un combat aérien quasiment au-dessus de la ville.

    10 562 personnes partent entre le 1er et le 29 février. En mars tous les enfants d’âge scolaire doivent partir. Seuls 26 000 habitants restent. Les arrestations continuent, ainsi que des bombardements, une quarantaine de bombes sur les Fontinettes pour le mois de mai. Le 3 juin, 500 bombes larguées sur les quartiers des Cailloux et du Fort-Nieulay provoquent 44 morts. Le 6 juin, le débarquement en Normandie a lieu, l’information arrive à Calais deux jours plus tard. La ville souffrira encore. En août, le sabotage de l’usine Brampton provoque en représailles la mort de cinq jeunes gens, fusillés à la Citadelle : Jean Bodechon, 18 ans ; Alfred Véron, 20 ans ; Alfred Legros, 24 ans ; Fernand Gouverneur, 22 ans et Roland  

    Le Gal, 22 ans. En septembre, la 3e division d’infanterie entreprend l’assaut de Calais, le jour de l’attaque est fixé au 25. Dès le 24 la ville est bombardée. La 8e brigade attaque d’abord les Noires-Mottes, puis appuie la 7e brigade dans sa progression vers Coquelles. L’ouest du dispositif de la forteresse de Calais est enfoncé. Les Canadiens progressent le long de la côte vers le Fort-Lapin. La 7e brigade aborde les quartiers nord-ouest de Calais le 26 au soir, la 8e passe à l’est.  Ce même jour, le clocher de l’église Notre-Dame s’effondre suite à une erreur de bombardement des Britanniques. Le 27, le Fort-Lapin tombe aux mains des Canadiens.

    Calais pendant la Seconde Guerre mondiale

    Exode des Calaisiens ; 10 562 personnes partent entre le 1er et le 29 février 44.

    Le Fort-Nieulay hisse le drapeau blanc face aux lance-flammes des Royal Winnipeg Rifles. Un nouveau bombardement, le 28 amène le lieutenant-colonel Schroeder à accepter un cessez-le-feu pour évacuer les 20 000 civils demeurant encore à Calais. La Voix du Nord relate l’événement : “Plusieurs milliers d’habitants sortis pour quelques heures de leur cave écoutaient un représentant des autorités

    canadiennes venu leur annoncer qu’un armistice de 24 heures venait d’être conclu pour faciliter l’évacuation de la ville. Ce fut alors une scène inoubliable. De 1000 poitrines une vibrante Marseillaise puis le chant de Tipperary montèrent répondant à la harangue de l’officier français qui venait s’adresser à la foule.” 

    Calais pendant la Seconde Guerre mondiale

    Fin 44 les Canadiens rentrent dans Calais sous les acclamations.

     

    La garnison allemande se rend, une colonne militaire se met en marche vers Calais. Le commandant Mengin qui avait préparé l’offensive, est tué avant de voir la reddition totale de la ville. Les bombardements du 27 février 1945 touchent durement Calais libérée et provoquent encore 97 victimes. En mai l’Allemagne capitule. La ville en fête accuse un bilan très lourd : sur 17 000 maisons, 1835 sont anéanties, seules 860 restent intactes. 892 Calaisiens sont morts dont 551 civils. Calais est à reconstruire...

    Calais pendant la Seconde Guerre mondiale

    Les ruines de Calais après les bombardements

     


     

     

    « La catastrophe du PluviôseLa construction du Port »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :