• Cholardes et péqueux au Courgain Maritime

    Cholardes et péqueux au Courgain Maritime

    CALAIS. Une peinture d'Henry Jacquet avait servi de support à cette carte postale éditée en 1912 pour le salon de la Société des Artistes Français. L’illustrateur y représentait une scène de rue du quartier des pêcheurs, le Courgain Maritime.

    Ces deux vendeuses de poissons sortant d’une des rues étroites du Courgain s'y faisaient apostropher par un groupe de pêcheurs. L’artiste avait intitulé la scène Les Cholardes. Dans le patois calaisien, le terme plus courant et encore utilisé serait les « choleuses », traduisez par celles qui traînent les rues. Henry Jacquet aurait pu aussi parler des pêcheurs hélant les jeunes filles en employant le terme patois de pêqueurs ou de pêqueux. La carte postale ci-dessous était plus respectueuse en légendant « un vieux matelot ». Cette carte postée en 1907 le montre appuyé sur un des canons retournés qui bordent les quais du bassin du Paradis. J.-P.P. (CLP)

    Cholardes et péqueux au Courgain Maritime

    « Rue Eustache-de-Saint-Pierre, le monastère ravagé des FransciscainesAndres »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


snow