• CÔTE D’AZUR 1950

     

     Paquebot mythique dans le cœur des vieux Calaisiens, parce qu’il est le seul navire français après-guerre jusqu’à l’arrivée du Compiègne à être un lien entre la France et l’Angleterre, et d’avoir une ligne moderne par rapport aux bateaux anglais.

     En 1949 la SNCF passe commande d’un nouveau paquebot à turbine, rapide pour remplacer les deux navires perdus de la SAGA pendant la guerre. Il est lancé à Granville, le 3 avril 1950 et lors des essais à Cherbourg, le 31 juillet, atteint 25,5 nœuds avec deux chaudières et 20,5 avec une seule.

    C’est un navire à trois ponts, avec une proue racée et équipé d’une cheminée aérodynamique de type Strombos qui assure une dispersion efficace des vapeurs d’échappement.

    L’aluminium est utilisé pour la première fois dans la construction des superstructures et le compartiment machine à un compartiment séparé pour les générateurs auxiliaires diesel.

    Il peut transporter 690 passagers de première classe et 736 de seconde et bien qu’il soit prévu pour le service de jour, il est équipé de 530 couchettes en dortoir et 12 cabines privées.

    Il entre en service en août 1950 sous les couleurs de la SAGA puis en mai 1951 sa cheminée est repeinte sous les couleurs de la SNCF nouvellement adoptées avec son haut de cheminée noir.

    Il sert continuellement sur la ligne Calais Folkestone avec par occasion des visites sur Douvres et Boulogne/mer jusqu’au 30 septembre 1972. Le 1er octobre, il est remisé au bassin Ouest après avoir effectué 11.056 traversées.

    Sa gourmandise en mazout et une usure du pont principal (en bois et facilement réparable) sont les principales raisons de sa mise en vente en attendant l’arrivée du nouveau car ferry de la SNCF, le multi service « Chartres ». Son bas prix (50 millions de francs) suscite l’idée du rachat par les marins pour en faire une salle de réception, restaurant, hôtel flottant. Ceux-ci lancent une souscription à laquelle de nombreux commerçants et entreprises participent.

    La somme fut atteinte mais la SNCF ne veut pas de ce projet et menace les marins participants de licenciement. La chambre de commerce ne fait rien pour soutenir ce projet, (peut être par la crainte de voir un emplacement pris pour rien dans le port).

    En 1973 il est vendu à la SA Monégasque d’armement et de navigation basée à Monaco où il est renommé brièvement Azur puis rapidement changé en Marie F (comme Fondacci nom de la fille du propriétaire). Il arrive à Monaco le 8 septembre. 

    CÔTE D’AZUR 1950

    La vie du rail fête l’arrivée du fleuron calaisien par deux pleines pages sur la mise en service du Côte d’azur. Voici son arrivée dans son port d’attache grand pavois hissé. Il prendra son service vers Folkestone le 15 août. En arrière plan la silhouette de l’Invicta.

     

    Source : J. Hemmebe

    « Le « Compiègne», le premier bateau qui emmène notre voiture avec luiLE CHANTILLY 1966 »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


snow