• De la roue à l'hélice, 1e partie

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Au siècle dernier, neuf mois se sont à peine écoulés depuis la première apparition du chemin de fer à Calais que l'on inaugure, en 1849, un embarcadère. Il a le défaut de se situer en bordure d'un quai inaccessible à marée basse. Lors de la modernisation du port, une nouvelle gare maritime sort de terre, mieux conçue, abordable à tout moment, assez haute pour protéger les paquebots des vents d'Est. Son bâtiment central est surmonté d'un campanile avec des horloges. Aux navires à aubes, succèdent les paquebots à hélice, plus racés, plus puissants, supplantés à leur tour, après une riche carrière, par des car—ferries géants et d'autres rivaux, nés de l'imagination humaine : aéroglisseurs et catamarans. A chaque évolution, Calais s'adapte et fait face avec diligence et efficacité. Le premier transmanche à turbine, le Queen, fait ici son voyage inaugural, le 27 juin 1903, sous les yeux de badauds ébahis.

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Un paquebot à roues , sans doute l'Empress, pénètre dans le chenal. Cette photo est une ancêtre car la prise de vue date de 1895. Peu d'autres clichés remontent aussi loin !

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Les voyageurs débarquent sur le quai de planches pour rejoindre leur train stationné à proximité. La malle est le Calais—Douvres, construit en prévision du trafic important qu‘allait générer l'Exposition universelle de Paris en 1889.

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Au débarquement du Nord, les passerelles semblent rudimentaires. On s'y tord les pieds ! Par bonheur, la gare n‘est pas loin et les porteurs sont nombreux à s'occuper des bagages.

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Le train de Paris a déposé son lot de voyageurs. Sur le quai, c'est un spectacle permanent où se mêlent porteurs, interprètes, cheminots, représentants des agences de voyage, douaniers, conducteurs de wagons—lits, etc..

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Le temps d'escale entre deux traversées est mis à profit pour nettoyer les ponts à grande eau. Astiquage et frottage ont toujours été de tradition dans la marine.

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Les paquebots Nord et Pas—de—Calais sont les derniers navires à aubes engagés sur le détroit en 1898. Il ne faut pas croire qu'ils se traînaient sur les flots. Quelques—uns ont traversé plus vite que nos modernes car—ferries, par mer tranquille, cela va de soi !

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Les mouvements de la foule bigarrée engendrent toujours une certaine confusion. Les voyageurs se préoccupent de voir leurs bagages prendre la bonne direction.

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    L'arrivée des trains express provoque le tohu—bohu. Malles en osier et lourdes valises sont enlevées par de solides porteurs dûment agréés par l'administration. Leur casquette s'agrémente d'une plaque en cuivre numérotée.

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    La première arrivée du steamer Queen est attendue par beaucoup de curieux sur la jetée en 1903. Ce navire est le numéro un d'une série de paquebots identiques, rapides et confortables.

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Sister-ship du Queen, le steamer Invicta dégage un épais panache de fumée quand ses machines donnent toute leur puissance. En 1905, avec le roi Georges Ier de Grèce à son bord, il traverse le détroit en 51 minutes.

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Calais est tête de ligne des trains internationaux et des trains de luxe en correspondance avec paquebots. Des services directs sont assurés sur Berlin, Bruxelles, Brindisi, Constantinople, Bâle, Varsovie, sans oublier l'Orient—Express et la Malle des Indes.

    De la roue à l'hélice, 1e partie

    Le “train bleu" Calais-Paris-Vintimille est une liaison privilégiée de la Compagnie internationale des wagons—lits et des grands express européens. Son confort égale celui des palaces.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « De la roue à l'hélice, 2e partieUn port toujours plus grand »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :