• Des cités provisoires pour résoudre la crise du logement

    Des cités provisoires pour résoudre la crise du logement

    CALAIS. En 1944. les Calaisiens qui se sont éloignés de la ville n'ont qu'une hâte: revenir chez eux. Les moins bien lotis sont les Calaisiens évacués au sud, dans la Nièvre, la Marne, le Loiret, la Mayenne... Les maisons détruites ou endommagées ont freiné le relogement. La municipalité réquisitionne des terrains pour y construire des cités provisoires. Il y en aura un peu partout, cités Argentine, Castre, Descartes, Quinet, Hagueneau, Mollien, Salines, Virval, Maubeuge, Curie... vingt-deux au total, certaines avec des demi-lunes achetées aux Anglais, d’autres avec des baraquements. La plus grande cité provisoire est la cité Lesieur qui comptera plus de 500 UK 100, ces préfabriqués canadiens débarqués par le cargo Liberty—Ship à Cherbourg puis acheminés à bord de petits bateaux pouvant accéder au port en partie détruit. J.-P.P. (CLP)

    Des cités provisoires pour résoudre la crise du logement

    « La folle journéeLa rue des Fontinettes prolongée par la rue du Texas »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


snow