• Guines

    Guines

     Le moulin à huile aujourd’hui. Les arbres ont été coupés, ce qui permet de le voir beaucoup mieux de la route.

     

    GUINES. Lorsque l’on prend la route de Guînes à Ardres. On ne peut pas manquer le moulin à huile ou ce qu‘il en reste. Mais saviez-vous qu’au XIX siècle, Gaines comptait sept moulins à vent ?

     QUATRE MOULINS EN BOIS...

     Quatre de ces moulins étaient construits en bois. Le moulin du petit Brisquet était un moulin à pivot en bois de chêne et servait à moudre les grains. Ce moulin fut vendu en 1878 à un meunier qui ne put honorer l'achat. L‘adjudication du moulin tombant en ruine ne put avoir lieu en 1883 car il fut détruit par un incendie. Il était situé sur la route de Guînes à Hardinghen, connue un autre moulin en bois pivotant, le moulin Pottez. Il tient son nom de trois générations de meuniers qui acquirent le moulin en 1839. Ce moulin était pour moudre le grain. Il fut démoli peu avant 1914 par Jules Pottez, dernier meunier.

    Le moulin à Tan était un moulin en bois pivotant sur socle en dur. Il se situait au carrefour des Cinq—Chemins. D’abord moulin à grain, il devient en 1834, moulin à Tan, (écorce de chêne qui sert au tannage des peaux) puis il revient à sa fonction initiale de moudre le grain.

    Le dernier moulin en bois se tenait non loin de celui-ci, sur la route d’Ardres. C’est le moulin du blanc Moncelet datant du XVII°siècle. Il fut détruit en 1900. Ce moulin à grain était le plus ancien de Guînes.

     ... ET TROIS MOULINS EN PIERRE

     A ces quatre moulins en bois s'ajoutent trois moulins construits en pierre qui avaient chacun une fonction différente. Le moulin à huile est aujourd'hui le plus connu des jeunes générations. Il reste sa tour le long de la route d’Ardres. Il servait à moudre les oléagineux. Une carte postale du début du XX°siècle nous le montre coiffé de sa toiture aujourd’hui disparue.

    Le moulin à Cormeilles était quant à lui situé au bout de la rue du calvaire. Ce moulin à vent avait pour vocation de moudre le grain. Il cessa toute activité vers 1928. En 1854, on enterra non loin de là des réservoirs d’eau. Il reste aujourd’hui sa tour de pierre dans une propriété privée. Le dernier des moulins de Guînes se dressait en bordure du canal de Guînes à Calais. Le moulin Rogez ne servait ni à moudre le grain, ni à moudre les oléagineux ou le tan mais à assécher le marais. Il fut détruit pendant la Première Guerre mondiale.

    Aujourd’hui, son emplacement est marqué par le calvaire Rogez visible de la route de Guînes, à Calais. S. D. (CLP)

    Guines

    Le moulin à huile, au début du XX° siècle, déjà en mauvais état mais avec sa toiture.

    Guines

    Le calvaire Rogez, le long du canal, marque l'emplacement du moulin Rogez.

    « AutinguesZeppelins sur Calais »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :