• La pêche

    La pêche

    Calais doit ses origines à la pêche. Le déversement de la rivière de Guînes dans la mer créa une échancrure sur la côte, lors du premier millénaire. Un hameau de pêcheurs s'y installa et se développa. Près de lui, un port et une ville naquirent et prospérèrent grâce aux liaisons maritimes avec l‘Angleterre. Longtemps, la pêche constitua la principale activité économique. Au début des années 1900, quatre—vingts bateaux, essentiellement des voiliers à coque de bois, se livrent à la pêche côtière, faisant vivre cinq cents marins et leurs familles. Les armateurs tardent à s'adapter à l'industrialisation. Le personnel féminin boude les travaux peu ragoûtants du ramassage et du nettoyage des vers de sable pour l'amorçage. Les “vérotières" se tournent vers la dentelle où la tâche est plus propre, mieux rétribuée. Les jeunes gens font de même. Le déclin est inévitable.

    La pêche

    Le minck, ou halle aux poissons, a été construit en 1873. C'est le cœur du quartier, servant aussi aux bals et aux réceptions. La vente à la criée est assurée par les employés de l'octroi. Contrairement aux enchères, les prix vont en décroissant. Il faut savoir intervenir au bon moment.

    La pêche

    Le quai de la Colonne offre toujours une animation, avec les allées et venues des bateaux de pêche, hier comme aujourd‘hui.

    La pêche

    Sitôt déchargé, le poisson est emmené sur des charrettes. Il s'agit généralement, selon la saison, de harengs, de merlans, de soles, de maquereaux. Aux marins et leurs femmes entourant la voiture, se sont joints des promeneurs allant sans doute à la plage.

    La pêche

    Les charrettes servant au transport du poisson sont la propriété de monsieur Avron, que l'on surnomme “Boîte à candelles", selon une habitude locale de donner des sobriquets. Les voitures sont louées selon un pourcentage perçu sur le prix de vente du poisson. Cette opération de transport du poisson jusqu'au minck était appelée le “tangage”.

    La pêche

    Lorsqu'ils ravaudent leurs filets, comme ici quai de la Colonne, les pêcheurs constituent un plan pittoresque que les éditeurs de cartes postales retiennent volontiers.

    La pêche

    Quand l'hiver impose sa loi, les bateaux restent à quai, privant de ressources la population du Courgain, plus cigale que fourmi. C'est la période des vaches maigres.

    La pêche

    Le premier chalutier métallique à vapeur est le Pole Star, immatriculé Cal344. Plusieurs sociétés tentent de développer cette industrialisation mais la réussite ne sera pas au bout du chemin.

    La pêche

    Le propriétaire du Pole Star assure dans une publicité que son poisson “est vendu à l'état de la plus parfaite fraîcheur. directement au consommateur, sans subir les augmentations de prix et les manipulations dues à son passage par les intermédiaires et les marchés.".

    La pêche

    Ce bateau de pêche en bois est du type le plus courant dans la flottille calaisienne. Il navigue uniquement à la voile.

    La pêche

    Les plus gros chalutiers partent en mer pour plusieurs jours. Pour la conservation du poisson, ils ont recours à la glace naturelle. En Norvège, quand les rivières sont gelées, on découpe des blocs de glace que l'on range dans des hangars. A la belle saison, des cargos assurent la livraison dans les ports. Des voitures transportent alors la glace sur les bateaux, selon la demande des pêcheurs.

    La pêche

    Dans les belles années de la pêche, le bassin du Paradis est envahi par les bateaux à voile, obligés de s'amarrer côte à côte, à cinq ou six, car les places à quai ne sont pas extensibles.

    La pêche

    Au moment de l'appareillage, les femmes des marins sont au bord du quai pour un dernier geste affectueux envers celui qui part en mer.

    La pêche

    Pour faire plaisir au photographe, l'équipage s'est rassemblé à l‘arrière du bateau Au second plan, on aperçoit un vestige de l'ancienne entrée du port. Il sera éliminé au début des années 1900.

    La pêche

    Trois hommes suffisent à la manœuvre du bateau 237 rentrant au port. Au second plan, un porteur du service de dragage longe la jetée Est.

    La pêche

    Le bateau 328, amarré au quai de la Colonne, est baptisé Marie, un prénom fort répandu dans la gent féminine du Courgain où les convictions religieuses sont bien ancrées, même si les hommes brocardent gentiment le curé. Dans chaque maison, il y a un crucifix accroché en bonne place.

    La pêche

    Chaudement vêtue pour affronter les vents de noroît sur la plage en hiver, la pêcheuse de crevettes est surnommée la “soutrière”, déformation venant du mot “sauterelle” qui baptise la crevette. La pêcheuse emporte un panier qu'on appelle la basquette (de l'anglais, basket) et l'indispensable filet pour racler les fonds, en bord de mer. Le travail réclame une solide endurance quand le thermomètre est bas. Les pêcheuses vont le plus souvent en bande et se soutiennent dans la bonne humeur, en cancanant sur l'une ou sur l'autre.

    La pêche

     Les mousses ont entre douze et quinze ans. Ils sont fiers de leur travail qui les mûrit avant l'âge, souvent au détriment de leurs études, en dépit de cours de rattrapage. Plusieurs d'entre eux ont leurs noms gravés au calvaire du Marin, quai d'Angoulême. Les naufrages sont impitoyables.

    La pêche

    Après la Seconde Guerre mondiale, la reconstitution de la flottille de pêche sinistrée s'enlisa. L‘activité ne retrouva jamais son potentiel d'antan. En octobre 1946, est baptisé Le Vagabond, une petite unité armée pour la pêche côtière. Au premier rang, à droite, Marcel Goubelle, par ailleurs sous—patron du canot de sauvetage.

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Le Courgain Maritime, 1e partieLa catastrophe du Pluviôse, FIN »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :