• La voiture et le vélo, une cohabitation difficile

    La voiture et le vélo, une cohabitation difficile

    CALAIS. Au début des années 1950, les temps étaient durs et acheter une voiture au—dessus des moyens de beaucoup de Calaisiens. Durant une quinzaine d'années, le vélo était le mode de transport obligé. Plus de tramways peu d'automobiles, la rue appartenait encore aux cyclistes.

    Pas question de rouler sur les trottoirs, d'emprunter un sens interdit, de brûler un feu rouge. La police veillait. La plupart des magasins mettaient des porte-vélos à la disposition des clients.

    Avec l'augmentation du nombre d'automobiles, partager la rue devient plus complexe pour les cyclistes. Comme ici, dans les années 1960, boulevard Léon—Gambetta et au rond—point de l'Alhambra où un policier réglait la circulation. Beaucoup de cyclistes commençaient à succomber au charme du cyclomoteur ou du scooter et beaucoup avaient troqué leur bicyclette pour le vélo Solex devenu le deux-roues branché. J.—P. P. (CLP)

    La voiture et le vélo, une cohabitation difficile

    « Visite éclair du président De Gaulle le 29 avril 1966Les soldats du feu et leur camion Hotchkiss »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :