• Le Fort Rouge

    De par sa situation géographique, Calais occupa une place stratégique dans la défense de la France. Au fil des siècles de nombreuses fortifications furent ainsi édifiées, certaines subsistent aujourd’hui mais les forts en bois comme le Fort Rouge ont depuis longtemps disparu.

    Pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg (ligue regroupant l’Empire, les États allemands, l’Angleterre, la Hollande et la Savoie contre la France) de 1686 à 1697, Calais dut subir de nombreuses attaques anglaises restant aux yeux de tous une clef pour le royaume de France. 
    Ainsi en septembre 1694, des navires anglais viennent bombarder la ville. Ce n’est pas moins de 16 vaisseaux de lignes, 21 frégates, 8 galiotes à bombes qui se présentent devant Calais. Les Anglais avaient alors profité de vents favorables et de la marée basse pour longer la côte jusqu’au port d’où ils jetèrent plus de 160 bombes.
    Cette attaque révéla une faille dans la défense de Calais. Mais ce n’est qu’en 1695 que les travaux commencent sous le regard attentif de l’ingénieur Clément. Même si le fort pouvait accueillir une cinquantaine d’hommes, la garnison se limitait à une quinzaine d’hommes en temps de paix. Il fallait venir les ravitailler, chose parfois difficile par tempête. Quand ils revenaient sur terre, les soldats étaient fatigués par le peu de sommeil. Ils restaient quelques jours avant de repartir sur le fort. Les vents et marées causèrent souvent des dommages au fort et à ses pilotis mais les réparations étaient immédiates compte-tenu de sa place stratégique et malgré les difficultés en approvisionnement et du temps peu propice. En 1772 on y établit sur décision du conseil du Roi un pavillon le jour et un fanal  pour la nuit. Deux gardiens se relayaient et chaque navire était mis à contribution pour les payer. Le 9 décembre 1804, une nouvelle fois en guerre contre la France, les Anglais dirigèrent un sloop  plein d’explosifs sur le fort. 

    Le Fort Rouge

    Le 27 septembre 1694, après avoir longé la côte depuis Sangatte, le chevalier Shovel 
    lance 8 galiotes à bombes vers le port. 160 projectiles tombèrent sur la ville.

    Le Fort Rouge

    Le 26 août 1695, le comte de Relingue fort de 18 chaloupes donne la chasse aux Anglais qui voulaient 
    brûler le Fort Rouge à l’aide de barques remplies de combustibles. Ils furent repoussés à l’est.

    Le Fort Rouge

    Le 9 décembre 1804, vers 3 heures du matin un énorme brûlot réveille en sursaut les Calaisiens. 
    Le sloop envoyé par les Anglais sur le Fort venait d’atteindre le musoir de la jetée.

    Mais c’est le musoir de la jetée qui fut atteint, seul le toit du corps de garde fut endommagé. On envisagea alors de construire une estacade en maçonnerie devant le fort pour le protéger mais faute de finances suffisantes, elle ne verra pas le jour. Un autre projet prévoyait même de reconstruire le fort en pierre...
    Mais peu à peu le Fort Rouge va perdre de son importance militaire. La garde du fort sera confiée à des vétérans et les bâtiments menacent ruine. Le 30 juin 1806 on décide la construction d’une tourelle avec lanterne : le fort a désormais un rôle de phare. Il est démilitarisé en août 1856 et on transporte à l’arsenal de la citadelle les douze canons. Six seront conservés et les six plus anciens seront envoyés à Cherbourg pour être fondus. En 1857, on transfère sur le jetée ouest les feux de marée et mât de signaux.
    En 1864 sa destruction est annoncée. On récupère 500 mètres cubes de bois et 1500 kilos de ferrures. Pendant plus de 150 ans, ce fort avait bravé marées, tempêtes et ennemis pour remplir sa mission : protéger Calais.  

    Le Fort Rouge

    La lanterne
    Après 1846, le réverbère sidéral est remplacé par une lanterne. Placée sur l’extrémité orientale du fort, une lanterne octogonale de 1,40 mètre guidaient les marins. Elle surmontait une charpente de base hexagonale de 2,66 m sur 2,60 m.

    Le Fort Rouge

    Emplacement fort vert - fort rouge
    Jumeaux, ces deux forts placés de part et d’autre de Calais avaient pour mission d’éloigner les navires ennemis afin de rendre leurs canons inoffensifs pour la ville. 

    Le Fort Rouge

    Les accès au Fort 
    Les accès au Fort se faisaient par une trappe. Les embarcations venaient s’arrimer aux pilotis du fort et les hommes et marchandises devaient monter par une échelle située en-dessous du fort et qui arrivait sur la plate-forme.
    En temps de guerre, cette trappe était verrouillée.

    Le Fort Rouge

    Le Fort en détail

     

    « Le Fort Nieulay"Kaleis" au début du XIVe siècle »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :