• Le temps où l'on prenait le train à Andres

    De 1875 à 1955, le train circulait sur la ligne étroite (un mètre de large) Calais-Anvin et passait par Andres où il s’arrêtait cinq fois dans la journée.

    Le temps où l'on prenait le train à Andres

    ANDRES. La ligne a été gérée par la Compagnie du chemin de fer Calais-Anvin puis par la Compagnie générale de voies ferrées locales dès 1919. A Andres, la gare, admirablement conservée, existe toujours les Andrésiens expliquent encore que la porte de gauche donnait sur la salle d'attente et que celle de droite était réservée au chef de gare. Entre deux, une trappe qui servait de guichet où l'on achetait le ticket.

     Ce train rythmait la journée par ses sifflements qui annonçaient son arrivée pour éviter les accidents, faute de barrière au passage à niveau.

     LE CHAUFFEUR BRÛLÉ PAR LES VAPEURS DE LA CHAUDIÈRE

     Quelques faits divers ont marqué son passage dans la commune : le train fut mitraillé pendant la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il passait au moulin le long des sapins.

     Ce jour—là, le chauffeur a été tué, car brûlé par les vapeurs de la chaudière transpercée par les balles. Citons aussi ce champ de blé d’ Eloi Dagbert le long du chemin à moutons, brûlé en 1921, car un morceau de charbon incandescent était tombé de la locomotive. Le train qui fonctionnait À la vapeur, puis au diesel, transportait les ouvriers du tulle et les élèves qui se rendaient à Calais.

     Mais le 28 février 1955, faute de rentabilité, le dernier voyage sur cette ligne est effectué. Restent de cette époque une carte postale et une photo montrant un départ à Andres en 1900. Au cours d'une balade à Andres, vous observerez des vestiges de cette ligne: son tracé tout d'abord, cette rangée de sapins qui suivaient la voie et un petit pont en briques rouges qui se trouve au milieu d'un champ.       S.D.(CLP)

    Le temps où l'on prenait le train à Andres

    Carte postale de la gare d'Andres.

    Le temps où l'on prenait le train à Andres

    la gare aujourd'hui. 

    « Un Gotha aux pieds des Six BourgeoisLes moulins à vent de la région sont préservés »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :