• Le théâtre à Calais

    Dès le XVIe siècle, à la fin de l’occupation anglaise, on trouve les premières mentions de pièces de théâtre alors jouées devant l‘église Notre-Dame. Le premier vrai théâtre calaisien a été construit en 1725, rue du Vieux-Major (aujourd’hui rue de la Mer).

    C’était une place garnie de bancs comportant une estrade et seulement trois toiles peintes en guise de décor. C’est en ce lieu qu’a été jouée la pièce réputée de De Belloy, “Le siège de Calais” (1765). En 1772, Pierre Quilliacq, dit Dessin, propriétaire de l’Hôtel d’Angleterre, propose à la ville d’offrir une salle de spectacles au fond de son jardin.

    En retour, il demande le privilège exclusif de tous les spectacles. En 1825, Calais achète le théâtre Dessin pour la somme de 70 000 francs. Il devient alors théâtre municipal appelé « Théâtre de la rue Leveux ».

    La salle pouvait contenir 800 spectateurs. En avril 1858, il y avait un déficit de 1400,80 francs, ceci, à répétition, tous les mois, malgré la présence des plus grands acteurs, des plus célèbres et des plus fortunés spectateurs présents grâce au développement de la navigation à vapeur qui a facilité la venue d’étrangers. Le théâtre de la rue Leveux n’était pas si parfait que ça : scène mal disposée ; mauvais, son ; fauteuils inconfortables ; mauvais éclairages... De plus, les Calaisiens étaient intransigeants : ils n’hésitaient pas à huer les acteurs !

    Pourtant, ils étaient très attachés à leur théâtre, unique distraction de l’époque hormis les cafés—concerts.

    En 1885, l’unification de Saint—Pierre et de Calais renouvelle l’idée d’un théâtre municipal pour la “nouvelle” ville. On confie le projet du théâtre Calaisien à l’architecte Malgras—Delmas. L’emplacement choisi est l’ancien cimetière de Saint—Pierre, aujourd’hui place Albert 1er. La première pierre est posée le 9 juillet 1903 par M. Loubet, président de la République française en présence de M. Basset, maire de Calais. Le 1er octobre

    1905, à l’occasion de l’inauguration, un vin d’honneur est organisé pour les 205 musiciens venus exécuter un concert Durant la représentation inaugurale, un bal et un feu d’artifice ont lieu dans le parc Saint—Pierre pour les Calaisiens non—invités. La partie la plus défavorisée de la population calaisienne n’est pas oubliée en ce jour de cérémonie : il y a distribution de pain et de viande.

    Le théâtre à Calais

    Durant la première Guerre mondiale, le théâtre calaisien continue de donner des représentations. Le bâtiment est réquisitionné par les Allemands lors de la seconde guerre mondiale : des spectacles étaient donnés pour leurs troupes. Fort heureusement, le bâtiment a survécu à cette guerre, mais ses façades ont souffert.

    Général

     Quelques chiffres permettent de mieux comprendre le théâtre municipal. La Ville de Calais a payé 946 500 francs la construction de celui-ci. C’est peu comparé à d’autres identiques.

    Le théâtre calaisien contient 1390 places réparties en 4 galeries. Lors de sa construction, on pouvait compter 1300 lampes électriques.

    Il mesure 52 mètres de longueur et 27 mètres de largeur. Il y avait 22 loges, 14 portes extérieures, 4 trappes sur scène. Il est le 3e en France, après l’Opéra-Comique et le Théâtre-Français, à posséder une machinerie de scène en fer dans sa totalité.

    Le théâtre à Calais

     

    1 La scène

     Vous n'entendrez jamais les gens du théâtre dire ”à droite” et ”à gauche” mais ”côté cour” et ”côté jardin”. Ces expressions proviennent du palais des Tuileries à Paris. Lorsqu’on regardait la scène de ce théâtre, à droite se trouvait la cour du Louvre et à gauche, le jardin des Tuileries.

    Le premier projet de rénovation apparaît en 1977, Gérard Frique, architecte de Lille, veut préserver ”sa qualité de regard et d’écoute”. Au printemps 1985, le théâtre calaisien ferme ses portes pour un an et demi. Ce projet a coûté tout de même 1,5 milliard de centimes. La scène a été rénovée : infrastructure technique remise à neuf, conformité des installations, éclairage et sonorisation revus.

     2 Salle

     II est souvent dit qu'il s’agit d'un théâtre à l’italienne par la forme de ”fer à cheval” de la salle.

    Pourtant, chaque niveau est décalé alors que les théâtres italiens ont leurs balcons d’aplomb.

    L'une des qualités de notre théâtre est l’acoustique irréprochable. Peu importe l'endroit où vous vous situez dans la salle, l’entente est parfaite.

    Il faut d’ailleurs se méfier lorsqu’on parle en coulisse !

    La salle a été repeinte pendant la rénovation. Les sièges ont été remplacés, les couloirs et les escaliers ont été restaurés avec de la peinture ”antipoussière”...

     3 Fosse d'orchestre

     La fosse d’orchestre était auparavant basse. On pouvait la recouvrir pour agrandir la scène.

    Aujourd’hui, un mécanisme permet d’abaisser ou d’élever la fosse jusqu’au niveau de la scène, de la salle, ou plus bas encore en fosse.

     4 Coulisses

     Le théâtre contient quatre niveaux de loges pour les artistes, soit un total de onze. La loge la plus importante est la première, niveau scène, côté jardin. Dans les couloirs des coulisses, on trouve de grands miroirs : les artistes doivent être parfaits en entrant sur scène.

     5 Foyer

     Au-dessus du hall d'entrée se situe le foyer. Des répétitions, des bals et les entractes se déroulaient dans cette salle. Elle est aujourd’hui fermée suite à une inondation qui s‘est produite dans le grenier.

     6 Grilles

     Les personnes fortunées pénétraient dans le bâtiment par les portes de la façade principale et rejoignaient leur loge par un escalier. Les gens moins ”riches”, eux, entraient par des portes sur le côté du théâtre. À chaque étage, des grilles permettaient d’éviter ”le mélange” des publics.

     7 Rideau de scène

     Le motif central situé au-dessus du rideau représente la proue d'un navire accompagnée de deux figures allées munies de trompettes. Le théâtre est en effet souvent associé à un navire.

    D’ailleurs, le mot ”corde” est interdit à l’intérieur du bâtiment comme à bord d'un navire. Ce mot évoque les marins qui se sont pendus lors de voyages trop longs à supporter.

    Le théâtre à Calais

     8 Poulailler

     À l’inverse des bourgeois, les personnes les moins riches étaient placées dans le poulailler. Cette appellation familière désigne la partie la plus élevée du théâtre où les places sont bon marché.

    Le théâtre à Calais

     9 Loges

     Le premier balcon était composé de loges fermées à clefs. Le maire, le sous-préfet et les personnes pouvant se le permettre profitaient de ces espaces réservés.

     10 Façade

     La façade principale est de type Louis XIV. Elle comprend 4 groupes de doubles colonnes séparés par des arcades formant des fenêtres à balcons.

     11 Salle de répétition

     12 Passage donnant sur les loges

     13 Escalier menant jusqu’au poulailler

     Légendes

     Le théâtre n’échappe pas aux légendes. Les acteurs ne doivent pas porter de costumes verts : cette couleur est obtenue grâce aux pigments nocifs qui ont causé des décès. Les trois coups donnés par le brigadier en début de représentation sont faits pour chasser les démons. À Calais, une personne affirme avoir vu le fantôme de la Dame Blanche !

     

     

    Rédaction : Romain Chrétien pour le Comité de rédaction des Amis du Vœux Calais.

    Illustrations : Jean-François Binet

    Le théâtre à Calais

    Motif central situé au-dessus du rideau et représentant la proue d’un navire.

    « Le Pas-de-Calais, à toute vapeurL'église Notre-Dame »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :