• Les Forts de Calais

     

     

     

     

     

  • « Fort rouge » est le nom d'un ancien Forts en bois construit sur pilotis à Calais en 1695 par l’ingénieur Clément pour défendre le port, après que durant la guerre de la Ligue d'Augsbourg la ville a subi en septembre 1694, l'attaque d'une flotte de plus de 40 navires anglais.

    Le fort Rouge

     

    Gravure de D.Cox. présentant leFort Rouge et le Port de Calais, vers1860

    Ce fort construit en mer était défendu par 12 canons, servis par une garnison d'une quinzaine de soldats, pouvant être portée à cinquante en cas de problème.

    Il faisait partie d'un ensemble de fortifications, dont :

      • le Fort Nieulay, déclassé par le Génie en 1900 et mis aux enchères à la mairie avec une mise à prix est fixée à 17 500 francs, acheté par M. Noirtin (industriel forain à Paris) qui surenchérit à 41 000 francs sur M. Bresson directeur du Casino. Le nouveau propriétaire veut construire un château après démolition des murs-sud, mais il meurt en 1908, avant de modifier le Fort. En 1870 c'est une prison pour officiers prussiens et un logement de garnison portugaise lors de la Première Guerre mondiale. Il est endommagé lors de la seconde Guerre mondiale, racheté par la ville en 1972 (pour 998 750 francs) et restauré à partir de 19892.
      • le fort Lapin construits en 1690 sur la dune ouest, maçonnerie ;
      • le fort de l’Estram (construits dans l'eau, sur pilotis en 1690 entre le Fort Rouge et le Fort Lapin. il brûlera en 1739 suite à une imprudence de la garde).
      • le fort des Crabes (construits en pierre, en 1690, entre la Citadelle et le Fort Nieulay),
      • le Fort Vert, construite après une attaque anglaise du fort rouge (il sera démoli en 1777).
      • Le 26 août 1695, les anglais tentent de l'incendier, mais sont repoussés.
      • En 1772 on y appose un pavillon (drapeau) et un fanal y est allumé de nuit. Deux gardes s'y relayaient et une taxe était demandée aux navires pour les payer.
      • Le 9 décembre 1804, les Anglais portent un sloop plein d’explosifs sur le fort. Il rate sa cible et brûle contre l'extrémité de la jetée du port. Le toit du corps de garde est néanmoins touché.
        Voici comment le journal le patriote du 8 décembre 1804 décrit l'évènement : « Les officiers de la garnison de Calais offrent un bal aux dames de la ville, à l’hôtel Dessin. Au moment où les dames venaient de finir, un bruit terrible se fit entendre accompagné d’une forte secousse qui renversa les tables de jeu et les joueurs. Les officiers, en bas de soie et en culotte courte se précipitent vers les casernes croyant à une attaque ou à un bombardement. C’était un énorme brûlot ou torpille que les Anglais avait dirigé sur l’entrée du port et qui avait fait explosion près du Fort Rouge auquel il fit de grands dégâts – Presque toutes les vitres de la ville furent brisées. »
      • On envisage de le remplacer par un fort en pierre, ou de le protéger par un mur, mais le projet n'est pas suivi. Le fort mal entretenu se dégrade et on décide le 30 juin 1806 de le remplacer par une tourelle avec lanterne qui jouera le rôle de phare.
      • En août 1856 il passe dans le domaine civil. Ses canons sont emportés à l’arsenal de la citadelle et pour 6 d'entre acheminés à Cherbourg où ils seront fondus.
      • En 1857, les feux de marée et le mât de signaux sont transportés sur la jetée-ouest
      • En 1864, la commune programme son démantèlement, qui permettra de récupérer 500 mètres cubes de bois et 1500 kilos de ferrures.

    Ce fort sera également témoin de certains naufrages, dont celui en 1814 d'un navire hollandais de 27 tonneaux « le J. Jacob », manœuvré par 4 hommes d'équipage. Le bateau est chargé « de plomb, de vieux cuivre, de blanc de céruse, de fromage et bagages ». Il s'échoue près du fort vers 2 heures de l'après-midi. Sa cargaison est sauvée, sauf une partie du blanc de céruse et du plomb qui ont peut-être été à l'origine l'une des premières pollutions que cette zone ait connue.

    • Le fort Rouge

      Entrée du port et restes du fort près de la jetée-ouest 

    Pin It

    votre commentaire
  • Le fort Risban

    Longtemps pièce stratégique de la défense de Calais, le Fort Risban est actuellement en cours de rénovation. Ses murailles sont des pages entières de l’histoire calaisienne que l’on peut lire. Si les premiers bâtisseurs de ce fort furent les Anglais lors de la Guerre de Cent ans, chaque siècle apporta ses modifications. Lieu de promenade, du haut des ses murailles il offre une vue imprenable sur le Bassin du Paradis mais aussi sur l'entrée du port de Calais et son important trafic.

    Le fort Risban

    Quand Edouard III, roi d’Angleterre, arrive devant Calais en septembre 1346, il comprend très vite que face aux puissantes murailles et à la nature marécageuse du sol, seul un siège viendra à bout des forces ennemies. Il entreprend donc l’encerclement des murailles de Calais et la construction d’une ville au sud : Villeneuve la Hardie. Mais il se rend vite compte qu’il fallait également empêcher tout ravitaillement par la mer. En 1347, il fait couler des bateaux dans le chenal et décide la construction d’une tour en bois puissamment armée sur l’emplacement du futur Fort Risban. La famine eut alors raison de Calais ainsi verrouillée.

    Le fort Risban

     

    Maîtres de lieux, les Anglais édifient en 1403-1405, à la place de la tour en bois, une haute tour dite de Lancastre sur laquelle étaient placés des canons. Sous l’effet des marées et des courants le Risban se sépare des dunes pour devenir complètement maritime. La tour de Lancastre se retrouve à l’intérieur d’une muraille polygonale comprenant deux grosses tours au nord et à l’est. Une grosse coutine abrite des casemates. Les Anglais ont donc donné grossièrement la forme que le fort a conservé jusqu’au milieu du XIXe siècle.

    Le fort redevient français en 1558 avec la reprise de Calais par le Duc de Croÿ. Une trentaine d’années plus tard, le gouverneur de Calais ordonne d’araser la tour de Lancastre à la hauteur de la porte de la Lanterne. En effet, aux mains de l’ennemi, elle était une menace pour la ville risquant d’être sous les feux des canons du Risban. De 1596 à 1598, le fort bat pavillon espagnol. En 1604 Dominique de Vic fait rajouter un demi-bastion au sud-ouest et un bastion au nord-ouest. Nous entrons dans l’ère de la fortification bastionnée. En 1675 Vauban vient à Calais pour inspecter la place, il y trouve un Risban ensablé, ressemblant plus "à une retraite de hiboux et lieu propre à tenir le sabbat" qu’à une fortification. Il projette la construction d’une demi-lune à l’ouest reliant le fort à la grande digue allant jusqu’à Sangatte mais faute de moyens financiers rien ne vit le jour, pas plus qu’en 1689 quand il revient à Calais. Le Risban ne porte donc pas la marque de Vauban.

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Le fort Nieulay

     

    Seul "Fort-Ecluse" bati par Vauban pour protéger les accès de Calais. A l'origine un gué permettait de passer la petite rivière de Hames, puis un pont fut établi. 1525, un fort anglais protégeait les écluses permettant d'inonder la région. 1558 le Duc de Guise s'en empare. 1677, Vauban reconstruit un fort à cheval sur la rivière.

    Le fort Nieulay

    A l’ouest de Calais, en ce lieu marécageux, les eaux de la rivière de Hâmes, franchissaient le banc de galets des Pierrettes avant de se jeter dans l’anse de Neuma .

    Un pont-écluse stratégique fut établi, permettant de prélever un droit de tonlieu sur les marchands et voyageurs.

    Ce pont commandait l’accès à Calais. Des écluses permettaient d’inonder le calaisis.

    Après la prise de Calais, les anglais construisent un premier fort accessible par une digue gardée par le château de Sangatte.

         1558 . Le Duc de Guise prend le «Fort Nieulet »

         1596 . Il tombe aux mains des Espagnols qui l’agrandissent et le renforcent.

         1627 . Richelieu fait remanier le fort

         1677-1679, Vauban fait reconstruire le fort un peu plus à l’ouest, a cheval sur la rivière, afin d’y inclure et de défendre les écluses essentielles pour la défense de Calais. Il est relié à la ville par une digue.

    A la fin du XVII° siècle, le fort perd de son importance stratégique et se dégrade, les écluses tombent en ruine.

         1903 . Le fort est déclassé et vendu , puis loué à des agriculteurs

         1940 . Le fort se retrouve au milieu des combats, une petite troupe de français et d’anglais s’y retranche et résiste jusqu’au 24 mai avant de se rendre. Les constructions intérieures sont détruites. Les allemands y établiront des postes de mitrailleuses et des batteries antiaériennes.

         1944, 26 mai les canadiens du Royal Winnipeg Rifles libèrent le fort et dégagent la route de Calais.

    Après guerre, les abords du fort sont exploités en carrière de galets. La ville de Calais a racheté le fort et commencé sa réhabilitation

    Le fort Nieulay

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique