• Les jetées

    Les jetées

    1. Sortie du paquebot anglais, Isle of Thanet. Vers 1925

    Vue prise du phare de la jetée ouest, par vent d’est, quelques bourgeois sur la jetée. Isle of Thanet, “l’isle of tanette” des calaisiens, et son jumeau Maid of Kent commencèrent leur service sur le Pas-de-Calais en 1925. Dotés de ponts promenades fermés, ce qui constituait une nouveauté à l’époque, ces paquebots qui partageaient leurs traversées de Folkestone à Calais ou Boulogne pouvait transporter 1400 passagers. Isle of Thanet termina sa longue carrière à Calais en février 1963.

    Les jetées

    2. Entrée d'un paquebot dans le chenal. Vers 1920

    Un paquebot, Empress ou Invicta, entre dans le chenal par vent du sud et “beaupré sur arrière” selon une expression usitée à l’époque où les paquebots avaient encore un beaupré. On remarque que le navire est équipé de la TSF. La partie arrière du navire est floue. Ces deux navires du South Eastern Railway furent francisés en 1923 pour la SAGA, filiale de la Compagnie des chemins de fer du Nord jusqu’en 1933.

    Les jetées

    3. Sortie du paquebot Isle of Thanet. Vers 1930

    On aperçoit à gauche le sémaphore du port avec les signaux de marée, un plan incliné, l’extrémité du quai de marée et l’échelle des pilotes, un grand-mât pour l’éclairage de l’extrémité du quai.

    Les jetées

    4. Sortie d'un bateau de pêche. Vers 1920

    Un dundée calaisien à contre-jour quittant le port le soir, probablement pour la pêche au hareng ou au maquereau de nuit. Vue prise de l’extrémité de la jetée de l’est. On distingue la cloche de brume dont était équipé le musoir de la jetée ouest.

    Les jetées

    5. Pêche au carreau sur la jetée Est. Vers 1925

    Les pêcheurs ont animé leurs “carreaux" dans lesquels ils prennent les sardines qui arrivent par bancs. Vers le début de janvier elles sont en telle abondance qu’elles risquent parfois de compromettre la solidité des filets. Ces pêcheurs amateurs vendent le plus souvent leurs produits aux mareyeurs. Cette activité, qui est plus un second métier qu’un simple loisir, est une gêne importante pour l’administration des ponts et chaussées chargée de l’entretien des ouvrages portuaires, aussi l’arrêté préfectoral du 5 mars 1925 l’interdit. Le maire de Calais, Léon Vincent, ami de tous les pêcheurs, intervient pour la faire rétablir mais elle n’est désormais qu’une simple tolérance et les pêcheurs sont tenus de ne monter leurs engins qu’au moment de la pêche et doivent les enlever sitôt la pêche terminée. Paul Villy a obtenu un effet de perspective spectaculaire en installant son appareil photographique à l’extrémité est et en décrochement par rapport à la ligne de la jetée le musoir qui comporte une baraque en tôle et le feu rouge marquant le côté bâbord de l’entrée du port.

    Une magnifique vue qui veut peut—être témoigner de la petite guerre du carreau de 1925.

     Les numéros peints sur la rembarde n’indiquent pas la longueur de la jetée qui s’étend sur quatre cent treize mètres vers le nord—ouest, mais marquent probablement l’emplacement des pieux en pitchpin qui composent sa magnifique charpente. inaugurée en 1895 ce haut lieu de la sociabilité calaisienne disparut en 1985.

    « L'avant-PortPaul Villy 1872-1953 »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :