• Les noms des rues de Calais

     

      Les noms des rues de Calais

    Les noms des rues de Calais

     

      par  Eugène BRULLE 

      

    Historien - Agent voyer - Ingénieur vicinal

     

    Edité en 1878 par Jules GOUTIER, 

    imprimeur du Journal de Calais, rue des Boucheries 

  • Il n'y a pas aujourd'hui de noms de rues de Calais qui datent d'avant le siège de 1347, ni même du temps de la domination anglaise. A moins qu'on ne veuille faire une réserve pour la rue de Thonis qui fut appelée ainsi lors de la reprise et dans le nom de laquelle on peut voir une abréviation du nom de baptême anglais Tony pour Anthony, Antoine. Cependant sur un plan de Calais sous les Anglais, elle porte le nom de St.-John Street. D'autres recherches nous apprendront peut-être la vérité. D'ailleurs les noms des rues de Calais sous les Anglais et antérieurement feront l’objet d'un second travail. Le nom indicatif des Boucheries a dû aussi être appliqué à la rue de ce nom depuis la translation de cet établissement dans cette rue en 1380 sous Richard II.

    Après la reprise, les dénominations anglaises furent changées en bloc ; presque toutes les rues du Nord de la ville reçurent des noms qui rappelaient le voisinage du port: rue des Mariniers, du Hâvre, de la Mer, du Paradis, du Port. La rue Française qui longeait le sud de la ville, indiqua le voisinage du l'ancienne frontière de France. Les rues du centre rappelèrent ceux qui avaient plus ou moins contribué à la conquête.

    Le plan complet de correspondance des rues donne la vue superposée du temps de l’occupation anglaise (avant 1558) et au moment de l’écriture de cette notice ( vers 1878).

     

    La vue superposée avec une photo actuelle de la ville vue d’avion ( vers 2008 ) est fournie sur le plan ancien sur photo actuelle des rues de Calais

     

    La vue à vol d'oiseau de Calais datant des environs de 1545-1550 montre l'entrée du port, la Lantern Gate ainsi que quelques rues donnant sur le port.

    Extrait de «Platt of the Lowe Cuntrey att Callais» . British Library

    par Thomas Petit, arpenteur géomètre à Calais.

     

    La rue de Boulogne (rue de la Citadelle, fut dite Royale, en l'honneur de Henri II ; la rue des Carmes, aujourd'hui rue Royale, rue Diane, en l'honneur de Diane de Poitiers ; la rue du Château, Castle Street, et notre rue de la Cloche devint la rue de Lorraine ; notre rue Notre-Dame la rue Cardinal en l'honneur, selon toute apparence, de Charles de Guise, Cardinal de Lorraine, frère de François de Guise qui sacra Henri II, fut le conseiller de François II et eut le malheur d’être l’un des principaux instigateurs des guerres civiles en France.

     

    La rue de Guise rappellera le héros du siège, la rue d’Andelot, l’un des plus brillants officiers de ce grand capitaine ; la rue de Thermes, le premier gouverneur de Calais, commandant malheureux de l'expédition de Gravelines. Il y eut la rue d'Anjou (du Cygne); la rue d'Orléans (Eustache de St-Pierre) : la rue d'Angoulême (des Prêtres) ; la rue du Maine, qui existait derrière Notre-Dame ; la rue d'Ecosse (rue des Juifs).

    Quelques autres rues indiquèrent des circonstances particulières : telles que les rues de la Rivière, des Deux moulins, de la Brèche (occupant jadis l'emplacement de la manutention), des BoucheriesSt-Nicolas on de l'Hôpital. D’autres reçurent des noms de saints, de particuliers, d'enseignes, telles que les rues St-Denis, St-Martin, Ste-Catherine, St-Michel, de Maître Rémond, de l'Ange, de l’Andouille, de la Calâdre, du Pélerin, de la Harpe.

    Remarque curieuse : on a débaptisé généralement les rues qui rappelaient les personnages du temps de la conquête ; seuls les noms de Guise et de Thermes ont été respectés.

    Les rues de Calais qui n'ont pas changé de noms depuis 1558 sont les rues des Mariniers, du Hâvre, de la Mer, de Thony, du Paradis, du Port, du Pèlerin, du Roule, de la Harpe, St.Nicolas, des Boucheries, Française, St-Michel, St-Denis, de la Rivière, des Deux moulins.

    La place du Marché, dite aujourd'hui place d'Armes, était déjà désignée sous ce premier nom au quatorzième siècle. A preuve le récit de Froissart, historien qui parlait avec connaissance de cause puisqu'il dit être venu plusieurs fois à Calais en son jeune temps. « Lors se partit des créneaux, messire Jean de Vienne et vint au marché, et fit sonner la cloche pour assembler toutes manières de gens en la Halle. »

    Sous les Anglais, c'était aussi Market place. Lors de la reprise, on l'appela grande place et Grand marché. On y trouvait le Pilory, la fontaine, l'auditoire, la halle et la petite place que nous nommons Marché aux herbes. La partie de cette petite place sise entre les rues des Boucheries et Notre-Dame a été désignée rue du Petit marché. J'ai trouvé dans un acte de 1669, que Mary Hurtrel était propriétaire d’un quart de la maison faisant le coin de la rue Cardinal (Notre-Dame) et faisant face à la rue du petit Marché. Sous la première république, cette petite place porta le nom de place Marat.

    La rue de la Citadelle fut longtemps la rue Royale dite de Boulogne ; à la fin du XVIIéme siècle, la dénomination de la rue de Boulogne a presque entièrement disparu des actes : on dit rue Royale ou de la Citadelle. Au XVIIIéme siècle, on ne l'appelle plus que rue de la Citadelle.

    Rue de la Citadelle, rue du Lion d’Or à gauche, rue des Minimes à droite

    La rue Royale, ancienne rue des Carmes, sous les Anglais, conserva longtemps le nom de Diane, en souvenir de la belle maîtresse de Henri II. En 1680, on lit encore dans les papiers du temps, rue de Diane, appelée vulgairement rue Diane. Elle ne tarda pas à perdre ce nom pour hériter de celui de rue Royale que lui légua sa voisine, la rue de la Citadelle. Nos révolutions firent successivement de cette voie, la rue Nationale, en 1790; la rue de l'Egalité, en 1793 ; la rue Bonaparte, en 1800 ; la rue Impériale ou Royale, en 1815, suivant les événements. En 1830, on essaya, après les glorieuses journées, de l'appeler Nationale, mais vainement. Je trouve à ce sujet une protestation dans le Journal de Calais du 4 août 1830. En 1848, il fut de mode de dire rue Nationale; quelques enthousiastes, aux premiers jours du second empire, voulurent en faire la rue Impériale. Mais l'habitude, plus forte que la politique, lui conserva le nom de rue Royale. En 1870, on ne pense pas un seul instant à la débaptiser.

     

    La rue de Guise a perdu cette dénomination pendant un certain temps. Au siècle dernier, on lui donnait généralement le nom de rue de la Prison, à cause de la Geôle et Prison qui occupait l'emplacement du moderne Palais-de-Justice. On ne désignait ainsi que la partie allant de la rue des Boucheries au portail de la Bourse des marchands de l'Estaple ou porte de Guise. La partie comprise entre cette porte et la rue Royale est toujours désignée petite rue de Guise.

    La porte de Guise, l’ancien passage vers Staple Hall, l’étape imposée aux marchands.

    L’Hôtel de Guise construit en l’année 1389

    Gravure par Demaisons d'après Garnerey

     

    rue Leveux fut la rue de l’Andouille ou des Andouilles depuis 1558 jusqu'au moment où les religieux de l'ordre des Minimes acquirent en 1611 les maisons et leurs dépendances comprises entre cette rue, les rues Française, de St-Martin et l'emplacement de l'hôpital militaire, pour y élever leur église et y installer leur couvent : elle prit alors le nom de rue des Minimes. Ce nom d'Andouille provient sans doute d'une enseigne. Au seizième siècle on l'appelait aussi rue des Petits Frères. C'est à tort que plusieurs auteurs ont écrit des Petites Foires, en interprétant mal le mot Frères, écrit d'une manière douteuse par les copistes du temps. Ce nom de rue des Petits Frères était probablement une corruption de la dénomination Little Friars Lane, petite rue des Moines, que lui donnaient les Anglais, à cause des Carmes qui y avaient leur chapelle et leurs cloîtres, comme je l'ai dit ailleurs. (Voir le Couvent des Carmes et l’ancien hôtel Dessin au Journal de Calais du 24 janvier 1880.). Lorsque les couvents furent supprimés en 1790, la rue des Minimes reçut le nom de rue de la Comédie, parce que la salle de spectacle s’y trouvait depuis 1772, Elle porte aujourd'hui celui de Leveux, en souvenir de la famille de ce nom qui y demeurait. Quelques personnes disent encore aujourd'hui rue de la Comédie, mais elles sont rares. Ce sont comme l'on dit (sans mauvaise intention d'ailleurs), des gens du temps passé.

    Au seizième siècle, la rue précédente se reliait à la rue de la Douane, alors rue de St.-Martin ou des Archers, par une petite ruelle qui se trouvait dans le prolongement de la rue du Hasard et qui venait aboutir devant le bâtiment de l'ancien couvent des Carmes. Cette ruelle alors sans nom était la rue conduisant à l'Etuve des Anglais ; elle a été couverte par une propriété particulière. La rue de St.-Martin était dite des Archers parce que les archers et arquebusiers de Calais y avaient leur maison, leur jardin et leur tir dans une partie du terrain limité aujourd'hui par les rues de la Douane du Hasard, de St.-Nicolas, terrain qui s'étendait jusqu'à la propriété de Madame Brullé-Legrand[1], inclusivement.

    Toute cette surface fut couverte en 1619 par les bâtiments et les dépendances du couvent des Capucins. La rue prit alors le nom de ces religieux, comme la rue de l'Andouille avait pris celui des Minimes.

    A la révolution, la rue des Capucins, devint rue de Thionville, en mémoire de la valeureuse résistance que cette ville venait d'opposer à l'ennemi. L'hôtel de la Douane y est situé : il a occasionné la dénomination actuelle.

     

    Je ne connais pas l'origine du nom de la rue du Hasard. Peut-être a-t-on voulu naïvement faire allusion à l'embarras que doit éprouver un étranger pour retrouver son chemin dans cette rue plusieurs fois brisée. Sous les Anglais, la rue du Hasard était un cul-de-sac qui s'arrêtait vers la maison de M. Dufeutrelle, épicier, où était autrefois la boulangerie des capucins. Ce qui le confirme, c'est le terrier de Miraumont qui en 1583, la désigne rue qui n'a point de bout dite sans bout, anciennement cul-de-sac, petite ruelle qui n'a point de nom joignant l'hôtel Dieu.

    La rue St-Nicolas est l'ancienne Maison Dieu Street des Anglais, rue St-Nicolas ou de l'Hôpital en 1558. Le nom de St-Nicolas ne lui vient donc pas de l’église mais de l'hôpital. Elle s'est appelée aussi rue de l'Esplanade lorsque au dix-huitième siècle, on eut fait démolir le long pâté de maisons et de jardins qui ont été remplacés depuis par la caserne D, en 1771, par le pavillon des officiers F, en 1777. Ce pâté couvrait une surface égale à celle comprise entre les rues Royale et Leveux. La rue St.-Nicolas ou de l'Hôpital était donc alors une belle rue bordée de seize propriétés et le nom de l'Esplanade était alors donné à la partie de ce carré disparu qui regardait la citadelle. L'église de St-Nicolas, située dans l'emplacement de la demi-lune 72 de la Citadelle, existait encore au milieu de son cimetière. Que l'on se figure un rectangle formé verticalement par le mur de la citadelle et par le côté du pâté de maisons supprimé ; puis horizontalement par la rue de la Citadelle et par la rue du Hasard prolongée (partie de l'ermitage) et on aura une idée de l'étendue de ce cimetière; mais n'ayant pas l'intention de faire l'historique de ce quartier, bornons-nous à dire que l'on a pieusement conservé le nom de St-Nicolas, souvenir encore vivace du Calais disparu ; que cette rue n'avait plus que trois maisons en 1698 ; et que sous la révolution, elle a reçu pendant quelque temps le nom de Champ de la raison.

    Comme la rue St-Nicolas, qu'elle continue au Nord, la rue du Roule faisait avec la rue du Pélerin partie de maison Dieu Street des Anglais. Elle était également bordée de maisons de chaque côté. A gauche, sur l'emplacement de la caserne D, se développait au seizième siècle le grand hôtel de Jean Choisnin, secrétaire-général de la chambre du roi et conservateur-général des domaines et finances de Calais et pays reconquis. II comprenait plusieurs corps de bâtiments, magasins, fournil, étables, cour, deux jardins et autres appartements répondant aux rues Royale (de la Citadelle), du Roule et à l'Esplanade. Cette partie de l'Esplanade, encore appelée comme sous les Anglais Grande place St Nicolas, St-Nicolas square, était située au nord du cimetière. On y arrivait du port par water grand street, rue du Canal, faisant suite à Water gate, Porte de l'eau, située à l'endroit de l'écluse de la Citadelle, vers le demi-bastion du cap Gris.

    Vue de Calais du temps de Henry VIII ( approx 1532 )

    Lithographie de J. Netherclift d’après l’original : London MS Cotton Aug I . ii ..70

    Vue de Calais du temps de Henry VIII ( approx 1532 )

    London MS Cotton Aug I . ii ..70

     

    Juste en face de la maison faisant actuellement le coin des rues du Roule et de la Citadelle, on pouvait voir en 1669 le portail et la chapelle des Dames Dominicaines, tenant l'hôpital St-Nicolas. A défaut de renseignement précis, je m'abstiendrai de rechercher l'étymologie du mot Roule, nom de cette rue depuis la reprise. En 1627, on écrit rue du Roole.

    En 1583, la rue du Pélerin n'était pas non plus la dernière rue au nord-ouest de Calais. La Porte de l'eauWater gate des Anglais, existait encore, car on cite dans le terrier de Miraumont la maison de Jacqueline Deslandes, veuve Vannier, propriétaire d'une masure toute ruinée, entrant en la rue et vieille porte ; nous reconnaissons là Water gand street des Anglais et Water gate. Entre cette vieille porte et la rue du Pélerin, il y avait la rue de la Brèche qui rappelait la trouée faite au mur d'enceinte par l'artillerie de François de Guise, furieuse canonnade qui faillit démolir l'église St-Nicolas, située dans l'axe de la batterie. La rue du Pèlerindoit vraisemblablement son nom à une enseigne. Si l'on s'en rapporte aux écrits du temps, on doit dire rue du Pèlerin et non rue des Pèlerins. Elle ne contenait, à la reprise de Calais, que des murs ou des places vagues. On ne commença à y bâtir que vers 1580.

    A cette époque, la rue des Cinq boulets n'avait pas plus de nom que de maisons. On la désigne alors sous la vague dénomination de ruelle tenant vers le rempart. On sait qu'elle doit son nom actuel à cinq boulets provenant d'un bombardement ; on les ficha dans un mur comme on a fait au coin de la rue de la Douane ancienne maison de Mme Maurouard, pour le premier boulet du bombardement de 1694, qui fut retrouvé lors de la réédification de la maison. En 1700, c'est déjà la rue des Cinq boulets avec huit maisons.

    Les noms des rues du Port, du Paradis et de Thony n'ont pas changé depuis la conquête. Cependant dans un acte de 1742, dressé par le greffier de la Ville Baudier, je les ai vu désignées sous les noms de personnes y demeurant : ainsi la rue du Port était la rue de M. Liné ; la rue du Paradis, celle de M. Laidez, un échevin dont j'aurai l'occasion de parler longuement prochainement ; enfin la rue de Thony, celle de madame Larmette. Dans un état de Calais, au commencement du dix huitième siècle, Pigault de l'Epinoy oublie de spécifier la rue de Thony, probablement à cause de son peu d'importance.

    J'ai lu dans une Histoire de Calais, que la rue du Soleil, Witt hill street des Anglais, fut nommée rue Maréchale en 1558 parce que le lord maréchal, l'officier qui commandait la garnison y avait son hôtel. C'est une explication plus facile que vraisemblable. J'hésite à croire que les Calaisiens de ce temps, encore tout échauffés de la lutte qui venait d'avoir lieu, aient voulu perpétuer la mémoire d'un officier de la nation vaincue. Il me revient que le premier gouverneur de Calais, Paul de Barthe, seigneur de Thermes, fut crée maréchal de France en 1558 : c’était une dignité fort peu prodiguée ; elle n’avait pas été conférée depuis 1554. Il faut plutôt penser qu’on voulait faire la cour au tout puissant gouverneur en nommant Witt hill Street rue Maréchale, comme on fait la cour au cardinal de Lorraine en appelant la rue Notre-Dame rue Cardinal. Les générations suivantes auront fait des rues Maréchal et Cardinal, les rue Maréchale et Cardinale comme elles ont fait les rues des Thermes et du Vic, des rue de Thermes et de Vic. Ce qui résulte clairement de l’examen des terriers des seizième et dix-septième siècles.

    Ce qui fortifie cette opinion, c’est que Giraut de Gourdan, qui eut le gouvernement de Calais après la courte administration du Vidame de Chartre, possédait les deux extrémités de la rue Maréchale, vers le rempart. Pierre de Miraumont désigne ainsi ces propriétés : « Une maison fort ruinée, avec jardin sur le rempart, aboutissant à la rue de Thony ; plus trois magasins en face aboutissant d’un côté aux remparts et de l’autre au jardin des hoirs de Michel du chef de la ville. » Ces propriétés morcelées depuis appartenaient encore en partie en 1623 à messire Giraut de Gourdan, héritier de l’ancien gouverneur ; et l’une d’elle à un François Bidosan, peut-être un fils de celui qui ne sut empêcher le sac de Calais par les espagnols, et par conséquent un parent du précédent. Il est très probable que le populaire n'a pu s'empêcher de désigner par la dénomination de Maréchale une rue qui possédait les propriétés du commandant des troupes, du maréchal de Calais.

    Ce qui est bien plus certain, c'est qu'à gauche de cette voie, en entrant par la rue de Lorraine ou de la Cloche, il n'y avait en 1583 que quatre grandes propriétés, en y comprenant la maison de M. Couvois, épicier. la deuxième consistant en cave, salles basses, salles hautes, grenier au dessus, avec cour, puits, aisances, circonstances et dépendances, appartenait à Gondran de Verdusan, écuyer; seigneur de Colombel en Gascogne, fils unique de François de Verdusan, l'un des Gascons qui s'établirent à Calais après la conquête. Cette maison portait la mirifique enseigne du Soleil d'or. C'est à cette enseigne que la rue du Soleil doit son nom actuel.

     

    Les rues de la Harpe et de la Calandre (actuellement rue du Lion rouge), durent leurs noms à des enseignes. Remarquons que voici déjà cinq rues du vieux Calais dont les noms sont communs avec ceux des rues de Paris. Nous avons déjà cité les rues de St-Martin, de l'Andouille, du Roule, de la Harpe, de la Calandre; nous rencontrerons les rues de Cléry, d'Écosse, St-Denis, St-Michel, Ste-Catherine, Française, du Maine. Sans attacher à ce rapprochement bizarre plus d'importance qu'il n'en mérite, il faut avouer qu'un Parisien chargé de baptiser nos rues n'eut pas mieux fait que le hasard.

    Comme la rue du Soleil, la rue de la Cloche a perdu une noble désignation pour une appellation vulgaire. C'était jadis Castle street, la rue du Château. Bien plus longue en ce temps là, elle allait aboutir au château, à l'extrémité Nord-Ouest de la citadelle, après avoir traversé le Nord de la place St.-Nicolas et ensuite quatre ou cinq rues parallèles à celles que nous venons de citer. Avant d'arriver au pont-levis de l'antique forteresse, elle coupait à angles droits la belle, spacieuse et marchande rue de Boulogne Gate, voie qui allait directement du Front Nord à la porte de Boulogne, la porte de Secours de nos jours, en suivant à peu près la ligne tracée par la façade de la caserne de la citadelle.

    Réduite de près de la moitié par suite de la démolition de cette partie de la ville en 1558, Castle street devint la rue de Lorraine, en l'honneur de l'illustre maison du libérateur de Calais. Au dix-septième siècle, cette désignation est battue en brèche par celle de la Cloche. La Cloche était l'enseigne d'une maison située à gauche de la rue de Thony en entrant par la rue de Lorraine, maison qui appartenait à un Jean de Courbot de l'écluse d'Oye. Elle est citée en 1688, maison de la Cloche, à côté de Bourguignon. Un notaire de ce temps, entraîné par la force de l'habitude, écrit sans sourciller « une maison sise en la rue de la Cloche »; mais, en se relisant, il s'aperçoit qu'il vient de pécher contre la règle et il ajoute en marge « rue de Lorraine, dite de la Cloche ». Il y avait aussi au seizième siècle, au coin de la rue du Port, une autre enseigne, la Cloche percée.

    Lefebvre écrit quelque part rue de la Cloche, de Lorraine ou de Han. Je n'ai vu nulle part trace de cette dernière dénomination. Il y a bien eu en 1608, un mayeur du nom de Georges Du Han, propriétaire sur la place du Marché en 1588. J'en parlerai plus longuement à l'occasion de la rue du Cygne.

    La rue de la Mer, Staple Street des Anglais, parce qu'elle se trouvait en face de la maison où étaient la justice et l'estaple des marchands de cette nation, notre hôtel de ville actuel, fut au dernier siècle la rue du Vieil major. On lui a restitué son ancien nom lors de la réouverture de la porte de la Mer, qui avait été murée quelque temps après sa construction, vers la fin du règne de Louis XIII.

     

    La rue du Hâvre est dite de la Lanterne en 1583, parce qu'elle conduisait à la basse et massive porte de ce nom. Bâtie par les Anglais, améliorée plus tard par les Espagnols, cette porte était autrefois surmontée d'une lanterne, en guise de phare. Les Anglais disaient Lanthorn Gate street. C'est toujours la rue du Hâvre depuis cette époque.

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    Calais. Porte de la rue du Havre : dessin de Louis Wagnet -  BNF

    Calais- Ancienne porte du Havre démolie en 1882 

    Rue du Havre Calais 1886, Julia Emily Gordon Tate Londres

    The Gate of Calais - William Hogarth - 1748 -  Tate Gallery London

    The Gate of Calais - Gravure de Charles Mosley - 1749 

    A la reprise, la rue de la Tête d'Or était la rue de maistre Raymond, ou quelquefois Rémond et Raymond, par abréviation. Elle n'a perdu tout à fait cette dernière désignation que vers 1700. C'était la rue aux belles enseignes à gauche, la Fleur de lys, le Mortier d'or, le Tambourin d'argent; à droite, le Roi David, la Terre neuve. Entre les maisons qui avaient pour enseignes les Trois Rois des Vignerons à main droite et les Armes du Roi, à main gauche se trouvait le logis de la Teste d'or. De là le nom actuel de la rue. Ce logis appartenait à Pierre Campmaïor, un riche propriétaire un temps. C’est je pense, la maison occupée par Me Campagne, notaire.

    Au coin des rues de l'Étoile et de Thermes, on voit à droite, en entrant, une vieille maison où demeurait, il n'y a pas bien longtemps encore, madame Bachelet, marchande de chaussures. Possédée vers la fin du seizième siècle par Françoise Teffray, veuve de Jean Hobacq, dit Pocq, riche propriétaire du temps, cette maison avait pour enseigne une Estoile. C'est le nom de cette enseigne qui a supplanté l'autre nom d'enseigne l'Ange que la rue de l'Etoile portait alors.

    Le terrier de Miraumont nous apprend où était la maison de l'Ange. « Est chargée de deux écus de cens et rentes la maison de Charles Hobacq, dit Pocq, fils et héritier en cette partie de défunt Jean Hobacq, maison contenant chambres, greniers, caves et autres dépendances où pend pour enseigne l'Ange, faisant le coin de la grande place en retournant en la rue de Thermes, dite de la Poissonnerie, tenant d'un côté à Georges de Han (maison Tartar-Crespin), d'autre à la rue de Thermes. »

    Comment expliquer que la maison de l'Ange située à l'angle de la place ait pu donner son nom à la rue de l'Etoile ? On aura dit primitivement rue près de l'Ange ; puis, par abréviation, rue de l'Ange.

    Rapprochement curieux. Le propriétaire de ladite maison de l'Ange possédait aussi un grand magasin avec cour, cave, etc., situé dans la rue de l'Ange, à droite, après la maison de Françoise Teffray, sa mère. II payait un écu de cens. Jean Hobacq avait donc, à la reprise, acheté la moitié du côté droit de cette rue.

    Les descendants de Charles Hobacq conservèrent la maison de l'Ange jusqu'au 7 janvier 1651, époque où ils la vendirent à Adrien Gaddebled, marchand et bourgeois de Calais. Citons à l'appui une déclaration du 1erdécembre 1678 qui indique aussi que l'enseigne de l'Ange se trouvait sur la façade regardant la rue de Thermes. « François Renault, marchand et bourgeois de Calais, Marie Gaddebled, sa femme, et Marie Anquier, veuve de Pierre Gaddebled, déclarent posséder une maison et corps de logis faisant le coin de la rue de Thermes et qui regarde sur la place du marché tenant d'un côté à la maison où pend pour enseigne l'Ange ; laquelle maison ils tiennent de la succession de Adrien Gaddebled, lui-même acquéreur de feu François Hobacq du Haut Pont et de damoiselle Marguerite Legrand, sa femme. »

    Peu après, le nom de l'Estoile prévalut sur celui de l'Ange, car en 1680, on lit déjà sur les actes publics rue de l'Ange dite de l'Estoile.

    La rue de Thermes fut la rue des Camionneurs au siècle dernier à cause de cette corporation. Nous venons d'écrire tout à l’heure d'après Pierre de Miraumont, rue de Thermes, dite de la Poissonnerie. Il la désigne ainsi parce qu'elle conduisait à la Poissonnerie, située dans la partie de la rue de la Rivière comprise alors entre la rue de Thermes et le rempart, partie que nous nommons aujourd'hui rue de la Poissonnerie. Dans ce terrier, Jean Grésy, boucher, reconnaît tenir de la seigneurie directe du Roy, une maison sise en la rue de la Rivière, tenant à la Poissonnerie, laquelle maison tient d'un côté à la Croix blanche, maison de Nicolas Marie, soldat des gardes du corps du roy; d'autre côté, à la veuve Bridault. La Croix blanche occupait le coin de la rue de Thermes. Ces trois maisons ont été remplacées dernièrement par la construction moderne de M. Defranc.

     

    On appelait donc rue de la Rivière, les rues actuelles de la Poissonnerie, de Croy et de la Rivière, à cause du cours d'eau qui passait an milieu. Pierre de Miraumont parle de cette rivière avec un certain mépris ; il le désigne canal passant au travers la ville pour l'écoulement des immondices. C'était, tout porte à le croire, un ruisseau sale et infect dont le cloaque de l'Abyme peut aujourd'hui nous donner une idée exacte. La partie de la rue de la Rivière, dite aujourd'hui de la Poissonnerie, prit ce dernier nom en 1660.

     

    La rue de Courtenveau est l'ancienne rue de Cléry, dite aussi d'Andelot, en mémoire de François de Coligny d'Andelot, colonel de l'infanterie française auquel le Risban se rendit en 1558. Ce brave lieutenant du duc de Guise fut récompensé de ses services par le don de l'hôtel du gouverneur de Calais situé rue de Cléry. C'était la plus belle propriété de la ville après la Bourse des marchands de l'Estaple. Elle occupait tout le côté gauche de la rue ; de vastes magasins situés en face en dépendaient aussi. Elle avait vue sur la rue de Thermes. Elle fut imposée à la somme énorme pour le temps de onze écus trente sous de cens et rentes. On ne voit pas alors de plus forte imposition à Calais.

    Les héritiers de d'Andelot la possédaient encore eu 1623. C'étaient les enfants de Hanger, vicomte d'Argenlieu et de Jeanne de Collincourt. Depuis longtemps cet hôtel avait subi des retranchements ; ainsi, vers la fin du seizième siècle, la maison du coin de la rue de Thermes et le coin du rempart avaient des propriétaires particuliers. Néanmoins la façade du principal corps de logis avait encore vingt-quatre toises de longueur, soit 47 mètres environ.

    Bientôt la propriété passa en d'autres mains. Un acte de partage du 13 avril 1642 l'attribue à Jeanne Letalle, veuve de Jonathas Evrard, marchand bourgeois de Calais.

    En 1669, on dit encore rue de l'Hostel Dandelot.

    Les noms de Cléry et d'Andelot furent bientôt remplacés par celui de Courtanveau. Je lis dans un acte du temps que c'était le nom d'une propriété de la rue. Par suite d'une acquisition faite en 1672 à Jean Hedde, Estienne Dutel, orfèvre à Calais, et ses soeurs déclarent posséder rue des Mariniers, une maison vulgairement appelées Pont d'Anvau (sic), tenant d'un côté à ta maison appelée Grande Courtanveau. Au dix-huitième siècle, on écrit CourtenveauCourtanveau, et même Cour aux veaux.

    En 1742 le greffier de la ville, Gabriel Baudier dont j'ai parlé plus haut, désigne cette rue sous le nom de rue Francia. Il s'agit vraisemblablement de Georges Girard Francia, marchand, natif de Valesille, annexe de Gaure, diocèse de Toulouse, fils de François Francia, marchand, de Bordeaux, et de Catherine Dulard, qui étaient venus s'installer à Calais au commencement de ce siècle. Ce Georges Francia avait été reçu bourgeois de Calais le 15 janvier 1718, sous le patronage de l'honorable Pigault, ancien vice-mayeur. C'est sans doute un ancêtre de l'artiste qui s’est fait une bonne réputation comme aquarelliste et peintre de marines.

    Par arrêté du conseil général de la commune de Calais, en date du 7 novembre 1792, la rue de Courtenveau fut nommée rue Mirabeau. Lorsque les intrigues du tribun avec la cour furent connues, un autre arrêté du 17 septembre 1793 remplaça son nom par celui de l'Unité. Sous le premier empire on revint à l'ancienne désignation.

    On a vu par ce qui précède que le mot de Courtenveau ne signifie pas grand chose. Si l’on écrivait Courtanvaux, cette rue rappellerait le marquis de Courtanvaux, un savant du siècle dernier, inventeur d'instruments de précision.

    La rue des Mariniers s'appelait, ainsi à la reprise. Elle n'avait alors que deux ou trois maisons. Baudier écrit rue de M. de Pignan, un habitant du quartier probablement.

    II serait difficile d'expliquer cette dénomination de rue des Mariniers appliquée à une rue privée de tout commerce et de tout rapport direct avec le port, si on ne se rappelait que jadis, sous les Anglais, cette partie de la ville communiquait avec l'extérieur par une porte qui a été murée depuis. Cette porte se trouvait à l'extrémité de la rue de Thermes, comme l'a dit A. F. Dufaitelle dans son travail " le Port de Calais au seizième siècle. "

     

     

    A cette époque, la rue des Deux moulins ne comprenait que la partie actuelle comprise entre le rempart et la rue de Thermes. Elle tire son nom des moulins qui furent établis en 1559, par le vidame de Chartres, sur la plate-forme sise à côté.

    Il ne faudrait pas croire toutefois que le nombre des moulins de la ville fut alors limité à deux. L'article VI de la charte des privilèges accordés aux bourgeois de Calais par François II dit : « Afin que lesdits habitants aient moyen de faire moudre leur bled plus commodément et sans s'éloigner de la ville, nous leur faisons ci-après accommoder des moulins, tant dedans la ville qu'ailleurs. »

    II y en eut bientôt non-seulement sur le Front Nord, mais sur le Front Est, sur le Front Sud et aussi sur le rempart de la Citadelle, ainsi que sur la plate-forme de l'ancien château. II y en eut même en ville. Ainsi, vers 1620, on accorda à Françoise Collebey une place vague dans la rue St-Michel pour y construire un moulin. On en vit dans les bastions, au pied des murs de Calais, à l'entrée de la basse-ville. De là la désignation actuelle de rue des Moulins. Les vues de Calais au XVIIe siècle le gratifient d'une auréole de ces utiles établissements.

    Ces moulins avaient chacun une dénomination qu'ils tiraient soit de leurs propriétaires, soit de circonstances particulières. II y avait au temps de Henri IV, le moulin Ducoudray, qui avait été incendié et démoli par les Espagnols et que l'on rebâtit au profit du meunier Bocquillon, qui le prit à bail pour neuf ans. Le moulin des Brasseurs, qui devait se trouver vers l'Est de la propriété de M. Sarazin, car nous savons que le 15 juillet 1599 le corps de ville désigna la fontaine du bastion dit de la Fontaine, pour fournir de l'eau aux Brasseurs. Le moulin Jean Claux, qui était situé sur une plate forme à côté de la rivière, à l'Est de la maison occupée par M. Mallet. Enfin, nous en finirons avec les moulins en disant que le 11 octobre 1750, les magistrats prirent une délibération pour le transfert sur la commune des Pierrette du Moulin Crèvecœur, situé dans le Bastion Richelieu.

    Non-seulement la petite rue des Deux-moulins a toujours conservé son nom, mais elle l'a imposé à deux rues qui lui faisaient suite: la rue d'Ecosse ou des Juifs, entre la rue de Thermes et la rue Notre-Dame ; et la rue du Mayne, entre cette dernière rue et la rue Française.

    Les écrivains d'autrefois ont négligemment confondu sous le non de rue d'Ecosse ou des Juifs, la rue des Deux moulins, la petit rue qui conduit de la rue des Prestres au rempart, et rue d'Angoulesme dite des Prestres. Avant d'aller plus loin, nous fournirons à ce sujet quelques éclaircissements.

    Il résulte de l'État de répartition de 1560, du Terrier de Miraumont de 1583, de la recette de 1623 et d'un acte du 30 mai 1679 que la famille Campmaïor possédait une vaste propriété à l'entrée de la rue d'Angoulesme, dite des Prestres, à gauche, en entrant par la rue de Thermes; composée d'une maison, d'un magasin et d'un jardin avec un logis au bout, cette propriété avait en 1623, une façade de cinquante-six toises, soit 54m60. Or, en 1679, la partie qui fait suite à la maison de M. Darquer, ancien Maire, est dite faire face d'un bout à la rue d'Augoulesme et de l'autre à la rue d'Ecosse.

    A cette propriété des Campmaïor (et non Campmayor, comme on peut s’en convaincre par l’examen des signatures de Tristram, Pierre Jeanne et Joachime Campmaïor, tous héritiers de leurs père Jean, en 1660) – à cette propriété des Campmaïor disons-nous, faisait suite en cette maison, tous deux appartenant aux Ursulines de Boulogne pour leur avoir été donnés par Barbe Grimoust, veuve de Pierre Rault. Ces deux propriétés sont également désignées comme faisant face à la rue des Prestres et par derrière à la rue d’Ecosse, dite des Juifs.

    Il n’est pas nécessaire d’en dire plus. La rue d’Ecosse ou des Juifs était bien la rue des Deux moulins de nos jours et la dénomination de Juifs n’a été donnée que plus tard à la ruelle allant de la rue des Prestres au rempart, comme on l’écrit dans un autre acte du même temps.

    Cette rue d’Ecosse avait deux côtés. Nous le savons par les documents anglais : cette recette de 1623 lui attribue deux maisons à droite et cinq à gauche. C’est vers la fin de ce siècle que le côté gauche à disparu pour faire place au terre-plein de notre moderne cours Berthois.

    Dans un état des propriétés de la ville en 1669, on voit une grande partie de cet emplacement occupé par une masure et 92 verges de terres à usage de jardin. Cette propriété, vague et en ruines, formait le jardin des arquebusiers ; elle servait aussi de rempart. Elle tenait d’un côté à la rue cardinale ; de l'autre à Dufortel, rue d'Ecosse, près la rue de Thermes; et au soleil levant au rempart. La propriété de Dufortel se composait aussi d'une masure ruinée et d'une place vague.

    Un tableau des rues de Calais en 1663 fait mention d'une rue Chouin accolée à une rue d'Ecosse et de Cour aux veaux. Cette rue Chouin doit sa naissance à une bévue. Par rue Chouin, il faut entendre rue Thonis.

    On ne parle plus de la rue du Maine dans le courant du dix-septième siècle. Tout un côté de cette voie était occupé par le jeu de paume de Jacques Davesnes, qui allait de la rue Cardinal ou Notre-Dame à la rue Française.

    La rue Petit Notre-Dame ou Petite rue Notre-Dame s'étendait sur le cimetière. On y acheta à Jehan Flahaut un corps de logis pour loger le curé propriétaire de l'église, comme dit la recette de 1605. On y trouvait la maison ordonnée pour les régents et maîtres des Ecoles, où nos ancêtres faisaient leurs humanités : elle donnait d'un côté sur le cimetière, de l'autre sur la rue Française. En 1583, on y voyait une fontaine. La maison du maître de chant, des enfants de choeur, se trouvait aussi dans cette rue et à côté de la maison des Ecoles s'élevait la petite demeure en dépendant où se retirait le vicaire de ladite église.

    La voie qui passe devant l'église Notre-Dame, au soleil couchant, a perpétué le souvenir de la Rivière, parce que ce fut probablement la dernière partie de ce canal que l’on voûta. A propos de ce canal, une note curieuse. En 1669, le baron de Courtebourne possédait deux chambres à soldat, bornées par la rue Française, la chapelle du Saint-Sacrement, le rempart et l'écluse l'Escargot. Ce coin du vieux Calais avait une physionomie qui nous échappe si on se représente qu'alors le quartier de cavalerie n’existait pas et que sur son emplacement il avait prés des Ecoles un flot, ce qui a fait désigné cette partie de la rue Française, rue qui mène au flot.

    Ni le temps, ni les événements, ni les enseignes n'ont pu faire varier le nom de la rue St-Denis. II en serait de même de la rue St-Michel, si au seizième siècle, elle n'avait été appelée un instant rue du Pannier. Pierre de Miraumont désigne une maison de la rue Neuve qui répond par derrière à la rue du Pannier. C’était une appellation ancienne et vulgaire qui lui échappait, car ailleurs il écrit toujours rue St-Michel.

    C’est à deux enseignes successives de la maison qui vient après celle de Mlle Lemay, modiste, que cette rue doit ces deux noms.

    Cette maison, « où soulait prendre pour enseigne le Pannier et de présent (1583) l'Image de Saint-Michel, avec une petite cour, courasse (coresse), cuisine, étable, a été remplacée de nos jours par une jolie habitation dans le goût moderne. Elle était alors adossée au logis de Jehan Issac et c'est dans la maison du coin que devait demeurer cent ans plus tard, le généreux citoyen Louis Gence, auquel Calais doit la fondation des écoles chrétiennes.

    Je ne saurais omettre qu'il y avait dans l’ancien temps, en la rue St Michel un peu au dessus de la maison-passage dite du Lion d'argent, depuis hôtel Quillacq, et aujourd'hui hôtel Dessin, une ruelle depuis longtemps supprimée. Par sa position, elle parait avoir fait suite à l'antique ruelle des Cordiers des Anglais. On sait que cette dernière rue, qui prenait naissance devant le passage des Boucheries, courait au Nord entre les rues Neuve et de Guise et venait aboutir au milieu de ladite rue Neuve en formant un angle droit. Ces deux ruelles, alors innommées, ont été depuis couvertes par des constructions ou par des jardins. La ville n'a rien perdu à leur suppression. Si on se représente que la municipalité d’alors était obligée de prendre des arrêtés contre la divagation des pourceaux dans les rues et qu’elle ne se chargeait de l’enlèvement des immondices que devant la maison commune et l’hôtel du gouverneur, on doit supposer que ces ruelles, bordées de chaque côté de murs et de barrières devait être des réceptacles d’ordures, de véritable foyers d’infection pestilentielle.

    Peut-être la rue Ste-Catherine dût-elle aussi son nom à une enseigne. Dès le seizième siècle, on écrit rue Ste-Catherine, dite rue Neuve. Sous Charles IX, elle vit s’élever dix maisons sur l’emplacement du jardin de l’hôtel de Guise, à partir de la rue Française. Il y en eut huit dans cette rue en retour d’équerre.

    Cette rue conduisait à la porte que Dominique de Vic, au dire des historiens, fit supprimer et remplacer par la porte Royale en 1602. Si cette date et exacte, la porte supprimée s’appelait porte Neuve en 1583, et elle a dû, par conséquent, donner cette qualification à la rue qui nous occupe.

    La Porte Royale (d’après L. Francia, Musée des Beaux Arts de Calais)

    Erigée dans l’enceinte sud sous le gouvernement de Dominique de Vic. ( XVII° siècle)

    Une autre porte de Calais vue des remparts (d’après L. Francia, Musée des Beaux Arts de Calais)

    On appelait en même temps rue Française la voie qui allait du jeu de paume de Jacques Davesne, si dessus mentionné, à l’esplanade de la Citadelle. Ce n’était plus que la moitié de la longue rue qui, sous les Anglais, longeait tout le midi de la ville, et allait aboutir à la porte de Boulogne. Au dix-huitième siècle, on appela rue des Maréchaux la partie comprise entre la rue Royale et des Deux moulins.

    Une extrémité de cette rue, touchant à l’Esplanade, dût une renommée peu enviable à une cour dont je dirai quelques mots. Il s’agit de la Cours Marcadé.

    Jean Marcadé était entrepreneur du temps de Louis XIII ; nous le voyons adjudicataire de certains travaux de ville en 1623. Il s’enrichit dans ce métier, car il légua plusieurs propriétés à ses enfants : l’une au coin de la rue Petit Notre-Dame : une deuxième rue de Guise, près de la Prison : une troisième à la Basse ville, au long de la rivière de Guînes ; enfin une grande cour remplie de quelques petites maisons, chambres à soldat, adossée au rempart, rue Française, près d'un bien appartenant aux R. P. Minimes. Marcadé avait acheté cette dernière propriété à Jacques Carry et à Antoinette Labault, sa femme, par contrat passé devant MesGuillemot et Pierre Colin, notaires à Calais le 13 février 1622. Cette cour, mal hantée à cette époque, prit alors le nom de son nouveau possesseur. C'est ce qui fait que pendant près de trois siècles, la Cour Marcadé a été chez nous synonyme de cour des Miracles.

    Mais revenons sur nos pas, dans la rue d'Angouléme dite des Prestres. Nous avons assez dit pour qu'elle ne soit plus confondue désormais avec la rue d'Ecosse. Elle doit sa qualification actuelle au voisinage du presbytère et des habitations des vicaires.

    Lefebvre s'est égaré en conjectures à propos de la rue Pedrowe dite ensuite d'Orléans et aujourd'hui Eustache de St-Pierre. Il présume que Pedrowe vient de Peter Over, au delà de St.-Pierre; et, pour expliquer Peter Over, il imagine une rue qui allait directement du Front Nord à cette localité. Il eut été plus simple de dire que cette rue était ainsi appelée parce qu'elle était située au Nord de l'église Notre-Dame, à peu près en face du portail et des tours de St-Pierre qui existaient alors comme l’établit H. de Rheims dans son Journal historique de l'église Notre-Dame: mais Lefebvre cherche la difficulté. N'est-ce pas lui qui, pour la plus grande gloire de l’étymologie, a imaginé un port sur l’emplacement de la tour de Guise ? C’est le cas de répéter qu’en fait d’étymologie, les mots font comme les cloches, auxquelles on fait dire ce qu’on veut.

    D’un autre côté, l’auteur anonyme des Ephémérides de l’Indicateur de Calais affirme que ce nom de Pédrowe rappelait le marin calaisien du quatorzième siècle Pédrogue, qui commanda avec gloire les nefs de notre cité au combat victorieux de Zericzé, en 1304. Observons que Pédroque n’est pas Pedrowe ; puis qu’il ne faut pas écrire Pédrogue mais Paydrok. On en verra la preuve en lisant la lettre qu’Edouard II écrivit le 15 février 1309 à Philippe le Bel, pour lui recommander Jean St Paul marchand de Bayonne, auquel Jean Paydrok (Johannes Paydrok de Calesio), avait fait dommage en mer durant le trêve du temps d’Edouard I. Cette explication comme les autres, n’est basée que sur un simple rapport de mots mais n’est pas absolument convaincante.

    Mais n’insistons pas sur ces hypothèses de travailleurs respectables qui ont oublié quelques fois qu’il est préférable d’être mieux savant que plus savant, comme dit Montaigne. Quant à nous, nous ne hasarderons pas notre opinion et ne rechercherons pas maintenant quelles étaient les propriétés d’Eustache de St-Pierre dans la rue de ce nom et si la maison du coin a bien été habitée par le plus illustre de nos concitoyens. Cette étude, à laquelle nous nous livrerons plus tard, nous entraînerait aujourd’hui trop loin de notre sujet.

    A la reprise, la rue de Croy fut la rue de la Rivière parce qu'elle bordait ce cours d'eau. A droite, en entrant par la rue Cardinal, il y avait plusieurs corps de logis ; mais en face, on ne voyait que les dépendances de la rue d'Anjou, plus tard du Cygne. A cette époque, la maison du coin, habitée de nos jours par M. Berger-Carru, était séparée des autres par une ruelle qui conduisait à la rivière. Cette maison était le logis des Trois Tourelles.

    Plus tard, cette partie de la rue de la Rivière devint la rue de la Corne, du nom de quelque enseigne probablement. En 1784, le maréchal de Croy, qui demeurait rue St-Denis, se faisait bâtir un hôtel rue de la Cornelorsqu'il mourut à Paris le 30 mars. Dès cette année, dit Pigault de l'Epinoy, cette: rue fut dite de Croy. Un moment elle porta, sous la première République le nom de rue de la Montagne.

    Les anciens se souviennent d'une maison badigeonnée, à pignon aigu, si la mémoire me sert bien, laquelle a fait place à la maison de M. Tartar-Crespin. Occupée il y a quelque trente ans par un boulanger du nom de Sauvage, cette vieille demeure avait pour principal ornement une énorme vigne qui couvrait la façade de ses verts rameaux. Au seizième siècle, cette maison, dont le propriétaire était Georges du Han, mayeur en 1604 avait pour enseigne le Cygne blanc.

    Il est difficile d'établir aujourd'hui s'il quelque rapport entre cette enseigne et le nom actuel de la rue d'Anjou ; ou si, par suite d'un calembourg, la rue du Cygne doit sa dénomination au Signe de la Croix, enseigne de la troisième maison à gauche, en entrant par la rue de Thermes. Quoi qu'il en soit, la rue d'Anjou prit le nom de Cygne en 1700, et le souvenir du cygne s'est perpétué par un de ces palmipèdes sculpté sur pierre à l'angle de la maison de M. Laurent, pharmacien, au coin de la rue Notre-Dame. Cette dernière maison avait pour enseigne sous Henri III le Bras de fer.

    En interprétant mal les textes, plusieurs auteurs ont infligé à la rue Notre-Dame des noms qu'elle n'a jamais portés. Il y avait, au treizième siècle, à l'extrémité Est de cette voie, une porte de Notre-Dame ; cette porte parait avoir été conservée par les Anglais. On peut conjecturer que la rue qui y conduisait a été connue sous le même nom depuis cette époque, au moins vulgairement. Au seizième siècle, comme nous l'avons déjà, on écrivit rue Cardinal dite Notre-Dame : et, pendant cent cinquante ans, ces deux noms allèrent de front jusqu'au moment ou le second fit oublier l'autre.

    On a écrit quelquefois, mais à tort, rue Cardinal pour rue des Boucheries. Pierre de Miraumont et le receveur Claude Monet, nos meilleures autorités en cette matière, écrivent rue des Boucheries sans autre désignation. On connaît du reste l'année où cette rue dut prendre ce nom.

    C'était en avril 1379. Les bouchers et les drapiers étalaient alors dans la grande salle de la Halle, lorsque le trésorier de Calais, muni d'une autorisation supérieure, voulut les en chasser. Justement émus, les bourgeois adressèrent une pétition au Parlement. Ils lui soumettaient que ce fonctionnaire voulait changer un état de choses qui existait depuis très longtemps et que, si l'un n'y apportait remède, la ville n'aurait plus d'emplacement pour ses draperies et ses boucheries. Ils protestaient énergiquement contre cette atteinte à leurs privilèges.

     

    Cette pétition n'ayant point obtenu de résultat, elle fut renouvelée en 1380. Les Calaisiens demandaient cette fois comme compensation une place vague contiguë à la grande salle, vers le sud, emplacement qui n'était d'aucun rapport. Cette demande fut prise en considération, et Richard II, après avoir ordonné une enquête, octroya aux habitants et à leurs héritiers, le susdit emplacement pour établir leurs boucheries, à charge de payer sept sous et huit deniers de cens annuel et de ne causer aucun dommage au mur de la Halle.

    Depuis lors, les bouchers furent mis en possession de la partie de la rue des Boucheries sise au midi de cet édifice. En 1583, on y comptait plus de dix-huit étaux, en deux rangs, imposés chacun à un ou deux écus de cens. En 1623, il y avait deux rangs de dix étaux chacun, Enfin, dans le bail du 11 avril 1787, il est mentionné sept étaux, à droite, en entrant, par la place aux Herbes, et cinq à gauche ; plus quelques étaux de la petite boucherie. Les locations annuelles variaient de 23 à 48 livres.

    Les bouchers ne furent pas toujours parqués dans cette rue. En 1669, dans l'Etat des propriétés de la ville, document déjà cité, il est question de la Halle ou lieu où était le poids « situé sur la grande place du marché lequel lieu a été bruslé en l'année 1658 pendant que S. M. était en cette ville avec sa cour, par quelque valet et gens de sa suite et où ont été transportés les étaux portatifs des bouchers qui étalaient sur la place. »

    Il y a quinze ans environ, lorsque l'on démolit les constructions vieillies et chancelantes, aux toits couverts de mousse, qui occupaient cette partie de la rue des Boucheries, on retrouva des traces non équivoques de ce mémorable sinistre. Dans la maison de M. Wilquin, occupée par un sieur Rollet, fripier, des ouvriers en creusant le sol, rencontrèrent des ardoises, du bois carbonisé, du fumier, et d'autres débris formant une couche de cinquante centimètres d'épaisseur. Ils y trouvèrent même des ossements de chevaux. On se rappela qu'en cet endroit étaient les écuries d'Anne d'Autriche en 1658.

    Là ne se bornèrent pas les découvertes. Ou recueillit plusieurs monnaies anglaises du temps d'Edouard III, et l'entrepreneur constata sur une très grande longueur, l'existence d'un mur de fondation de deux mètres de largeur. Cette dimension n'a pas lieu d'étonner, quand on pense qu'au Moyen-Age, les murs de certains châteaux féodaux atteignirent jusqu'à sept mètres. Il ne fallait pas moins d'un tel massif pour soutenir des constructions telles que la Tour du Guet et la halle aux arcades gothiques. Rappelons-nous aussi que sous la Tour du Guet se trouvait en 1583, la Cave aux munitions dont parle le Terrier de Miraumont.

    Un des derniers documents concernant les Boucheries date du 15 mars 1788. Ce jour-là, devant le maire Behague, fut adjugée à Augustin Carelu, marchand, la permission de bâtir au-dessus du passage de la Boucherie, du côté du Marché aux Herbes, moyennant une rente annuelle de six livres envers la ville. L'adjudicataire s'engageait à recouvrir le passage de deux étages de la même hauteur que la maison de Paschal Lefebvre, sise contre le corps de garde de la place. II s'obligeait à bâtir un mur de quatorze pouces d'épaisseur contre celui de son voisin, c'est-à-dire depuis la porte du devant jusqu'à l'ancienne porte qui existait alors à l'entrée de la boucherie, il devait conserver les dimensions et les cintres de ces portes.

    Les bouchers qui devaient bientôt être disséminés dans la ville, n'acceptèrent pas ces changements avec placidité. Une bouchère, Mme Brasseur, par trop attachée aux habitudes du temps passé, s'emporta même contre le sieur Carelu au point de l'insulter. Elle fut condamnée, le 16 juin, pour ce fait, en trois livres d'amende.

    La rue des Cordiers, dite sans nom au seizième siècle, prenait naissance dans la rue des Boucheries, avons-nous dit. Dans la recette d'André Monet, en 1605, il est question d'une certaine petite rue de onze toises de longueur, sise au-devant des boucheries, qui a été donnée à bail à Martin Caucheteur. Un peu plus haut, on lit que Jean de Lozière a le bail d'une autre petite rue contenant de longueur sept toises et de largeur trois toises.

    Martin Caucheleur était le propriétaire de la troisième maison du côté gauche de la rue de Guise, à partir de celle de Cassel Babeur, aujourd'hui habitée par M. Hénon. II semblerait qu'à cette époque la ville louât aux propriétaires voisins, des parcelles de la rue des Cordiers, parcelles qu'ils acquirent définitivement plus tard.

    A la reprise, la rue du Rempart n'avait point d'existence propre. Pierre de Miraumont confond ses maisons avec celles des rues qui viennent y aboutir. En 1623, on lit maisons sises sur le rempart. Lorsque le siége des Espagnols eut démontré une seconde fois la faiblesse des murs de Calais, en face d'une forte artillerie, on augmenta le terre-plein des remparts au détriment des maisons qui, leur faisaient face. C'est ce qui donna lieu, au Nord, à la rue du Rempart telle que nous la voyons aujourd'hui, ou à peu près. II y avait aussi une rue du Rempart au midi ; mais elle a disparu depuis longtemps pour faire place aux maisons comprises entre le Front-Sud et les rues Française et des Maréchaux. Quant à la rue du Rempart de l'Est, ce n'était qu'un chemin de ronde, puisque les jardins des Arquebusiers, de Dufortel et le jeu de paumes de Jacques Davesne regardaient seuls le mur d'enceinte. Le rempart de ce côté était déjà une promenade : nous lisons dans une lettre de Henri IV que ce monarque s'y promenait en 1601, écoutant avec anxiété le canon du siège d'Ostende. C'est là aussi que plus tard, en 1815, comme nous l'a raconté un témoin auriculaire, nos pères entendirent le sourd grondement de la bataille où le plus grand homme de guerre des temps modernes termina sa longue et glorieuse carrière.

    Nous apprenons par les non-valeurs de la recette de 1605 que l'on retrancha alors quatre maisons de la rue Royale, dite de la Citadelle; sept de la rue St-Nicolas et trois de la rue de Lorraine ou de la Cloche. II y eut suppression de deux maisons à l'extrémité de la rue du Hâvre ; deux à celle de la rue de Cléry ou d'Andelot ; quatre à celle des Mariniers. Deux maisons furent abattues au bout de la rue de Thermes (et non de Cerny comme l'écrit Pigault de l'Epinoy, abusé par l'écriture illisible du temps) ; trois, rue du Maine, et quatre, rue d'Ecosse. On démolit aussi treize maisons de­puis la porte Neuve jusqu'à la citadelle.

    Nous voyons par ces retranchements que la moderne rue du Rempart n'avait autrefois ni jour ni dégagement. Au dix-septième siècle on lit cette désignation. : petite ruellette qui mène de la rue de maistre Raymond à la porte du Hâvre.

    Je ne parlerai pas des rues du Courgain disparu, longues lignes de maisons et de Jardins qui s'étendaient depuis le Cap Gris jusqu'à la porte des Garennes. C'est un travail qui a été ébauché par H. de Rheims dans une petite et curieuse notice relative au Courgain. Quant aux rues du Courgain du dix­ septième siècle, on peut penser qu'il y a peu à dire, puisque depuis très longtemps on les désigne par numéros. Pourtant, il n'en a pas tou­jours été ainsi et nous avons la preuve que ces rues ont eu autrefois des noms, tout comme les rues de la ville.

    Ainsi, en 1666, Jacqueline Lebeuf, veuve Tilloy, acheta aux Bénédictines une maison proche le rempart et le corps de garde de la porte des Garennes ; cette maison tenait d'un bout au rempart et de l'autre à la rue appelée Haha. Cela rappelle qu'en 1627, le marquis de Valencay, gouverneur de Calais, fit construire l'école du Courgain, près de la porte des Garennes ; chaque jour, deux frères de la doc­trine chrétienne se rendirent dès lors au Courgain pour apprendre à lire aux enfants de ce faubourg. Le mot Haha est peut-être une onomatopée.

    Un peu avant, en 1664, Robiot, ballandrier, avait également acquis des Bénédictines, une maison sise rue des Fossés, proche de la porte dite des Quatre murs, tenant par derrière à une petite ruellette, et d'autre à la rue des Fossés. En 1677, Marie Dagbert avait une maison faisant face à la rue du capitaine Gaudin. En la même année, Jacques Deprés, ministre de la religion réformée, riche propriétaire du temps, avait une maison tenant d'un bout au rempart et d'autre à la rue Neuve, vers le port.

     

    ____________

     

     

    Arrivé au terme de ma tâche, je ne l'abandonnerai pas sans dire quelques mots de voeux qui ont été exprimés à plusieurs époques. Ces voeux tendaient à ce que l'on remplaçât les noms insignifiants de nos rues par ceux des plus illustres enfants de Calais.

    Il est certain que, contrairement à Paris, à Lille ou même à St.-Omer, notre ville n'a jamais beaucoup fait pour honorer ceux qui l'ont illustrée. Elle n'a jamais cherché à imiter Rome où, au dire de Cicéron, les monuments publics destinés à perpétuer le souvenir des grands événements et des grands hommes étaient si nombreux qu'on ne pouvait faire un pas sans marcher sur l'histoire. Une exception a été faite de nos jours pour M. Leveux, un maire qui a su administrer la ville avec tact dans des temps difficiles.     Quant au nouveau Courgain, plus heureux, il a vu se perpétuer la mémoire de hardis marins dans les noms des rues DuvalTom Souville et Margollé.

    Le meilleur travail qui existe au sujet de ce changement de noms se trouve dans l'Industriel calaisien du 6 juillet 1839. II est signé le Postillon de Calais ; mais, derrière ce pseudonyme, on peut reconnaître A. F. Dufaitelle, qui a publié dans ce journal plusieurs articles archéologiques, après avoir collaboré à l’Indicateur de Calais, journal qui fut chez nous, il y a un demi-siècle, au gouvernement de la Restauration, ce que l'Union indépendante fut en 1870 au gouvernement de l'Empire.

    Le Postillon de Calais proposait de conserver les noms, indicatifs des rues de la Douane, de la Mer, du Hâvre, de Notre-Dame; et les noms, d'ailleurs fort rares, qui rappelaient des hommes ayant quelque droit à notre reconnaissance, tels que ceux de Guise, Eustache de St.-Pierre, de Therme, de Croy, Leveux. Les autres rues eussent pris les noms d'hommes remarquables nés à Calais ; l'auteur en fournissait une liste.

    Ce voeu n'a jamais été exaucé et, il faut le dire, un tel changement serait aujourd'hui intempestif. Ne touchons pas au nom de nos vieilles rues dont quelques-uns datent de trois siècles et qui sont profondément ancrés dans la mémoire des calaisiens ; mais que les places et les nombreuses voies qui vont surgir sur l'emplacement des anciennes fortifications rappellent aux générations qui viennent, ceux qui ont utilement servi la cité ou lui ont valu une célébrité méritée.

    C'est ainsi que nous pourrons avoir la place et la statue Eustache de St.-Pierre. Ce sera là réponse de la cité reconnaissante aux écrivains qui, par un inconcevable esprit de dénigrement, ont prêté aux documents anglais un sens qu'ils n'ont pas, pour ternir la gloire de notre concitoyen.

    La place François de Guise, du grand François de Guise, suivant l'expression de Voltaire. On ne saurait, en effet, trop honorer le capitaine qui, en quelques jours, a rendu Calais à la France.

    La place Pigault, qui rappellera une famille d'hommes distingués, à laquelle Calais doit un annaliste fort précieux, Pigault de l'Epinoy ; et la France, un illustre écrivain, au style vif et correct, Pigault-Lebrun. La statue de ce dernier pourrait y être érigée et il serait à désirer qu'elle se trouvât en face du grand théâtre.

    Nous aurons la rue Jean de Vienne, en l'honneur de l'énergique gouverneur qui, pendant un an, retint sous les murs de la ville, l'irascible vainqueur de Crécy ; les rues Froissart et Belloy, en l'honneur de deux écrivains qui ont gravé sur l'airain la valeur et le dévouement de nos ancêtres.

    La rue Mollien rappellera le mayeur de ce nom et l'audacieux voyageur à qui la science doit des découvertes en Afrique et en Colombie; la rue Georges Mareschal, le chirurgien de Louis XIV; la rue de la Place, un littérateur distingué du dernier siècle ; la rue Pierre Bernard celui qui, le premier, a eu le courage d'écrire l'histoire de son pays, comme dit Pigault de l'Epinoy; la rue Lefebvre, le laborieux tuteur de l'Histoire de Calais ; la rue Dutertre l'auteur de l'Histoire des Antilles et de plusieurs autres ouvrages.

    Une de ces nouvelles voies sera nommée rue Lambert d'Ardres, vil souvenir de l'agréable chroniqueur des comtes de Guînes et des seigneurs d'Ardres, celui qui nous a laissé un tableau si vivant et si curieux de notre contrée au treizième siècle.

    D'autres rues nous remettront en mémoire les noms des cinq bourgeois qui accompagnaient Eustache de St.-Pierre : Jean d'Aire, Jacques et Pierre de Wissant, André d'Andres et Jean de Fiennes ; puis Francia, aquarelliste et peintre de marines ; le grammairien Beauvais Lartigault, un lettré qui a eu son heure de renommée ; le musicien Morange, etc.

    Calais est un point d'une importance considérable : il a donné son nom au détroit et au département ; il est la ville du littoral où les étrangers abondent le plus ; il est appelé par son agrandissement et par les efforts combinés du commerce et de l'industrie à devenir la plus grande ville de la région. A ce titre, il devra rappeler aussi les hommes les plus remarquables du Pas-de-Calais. Il y aura donc entre autres, les rues Suger et Monsigny, deux célébrités dont plusieurs localités voisines se disputent la naissance.

     

    Il n'est pas un seul de tous ceux que je viens d'énumérer qui ne soit digne d'être offert en exemple. Que leurs noms inscrits à l'angle des places et des rues de la nouvelle cité attestent notre gloire et offrent sans cesse à nos descendants des leçons de patriotisme; qu'ils leur inspirent le goût du travail, de ce travail fécond par lequel l'homme s'élève et se rend utile à ses concitoyens. Que chacun s'efforce de faire aussi bien ; alors, Calais nouveau ne manquera jamais d'hommes, et, avec des hommes, il aura un des premiers noms parmi ceux des villes de France.

     

    ANCIENT STREETS OF CALAIS          ANCIENNES RUES DE CALAIS

    1

    St Mary's Church

    Eglise Ste Marie

    2

    Cemetery

    Cimetière

    3

    St Nicholas Church

    Eglise St Nicolas

    4

    Cemetery

    Cimetière

    5

    The Castle

    Le Château

    6

    The Staple Hall, Exchequern and Palace of Henry VIII

    La Halle, ou Palais de l'Etape et  Henri VIII

    7

    The Town Hall, Butcheries, Weighing-place, and Watch-Tower

    La Palais de Ville, Boucheries, Halle au poids, et Tour du Guet

    8

    The Market-place

    Place du Marche

    9

    St Nicholas' Square

    Place St Nicolas

    10

    The old River or Middle Sewer

    La Vieille Rivière ou Egouts du centre

    11

    Hemp Street

    Rue de l'Etoupe

    12

    Mill-gate Street

    Rue de la porte du Moulin

    13

    St Nicholas Street

    Rue St Nicolas

    14

    Sand-port Street

    Rue de la porte du Sable

    15

    Castle Street

    Rue du Château

    16

    Corket Street

    Rue de Corket

    17

    James' Shafts

    Puits de Jacques

    18

    Rigging Street

    Rue du Calfeutrage ou du Gréement

    19

    Pickering Street

    Rue Pickering

    20

    Lanthorne-gate Street

    Rue de la porte de la Lanterne

    21

    Staple Street

    Rue de l'Etape

    22

    White Hill Street

    Rue du Mont Blanc

    23

    St John Street

    Rue St Jean

    24

    Coxe Lane

    Rue des Coqs

    25

    Prison Lane

    Rue de la Prison

    26

    Love Lane

    Rue d' Amour

    27

    Maison Dieu Street

    Rue Maison Dieu (Hôpital)

    28

    Water-gate Street

    Rue de la porte d'Eau

    29

    Little Lane

    Petite Rue

    30

    Old Fisher's Street

    Rue vieille des Pêcheurs ou de vieux Pêcheurs

    31

    Parsons street

    Rue des Prêtres

    32

    Duke Street

    Rue du Duc

    33

    Carden Street

    Rue des Cardeurs

    34

    Folkstone Street

    Rue de Folkstone

    35

    Little Lane

    La Petite Rue

    36

    Cock Lane

    Rue du Coq

    37

    Water Gand Street

    Rue du Watergand

    38

    Penny Lane

    Rue du Penny

    39

    Shoe Lane

    Rue du Soulier

    40

    Layden Street

    Rue du Plomb

    41

    Langham Street

    Rue de Langham

    42

    Mingraven Street

    Rue de Mingraven

    43

    Brampton Street

    Rue de Brampton

    44

    Roper's Lane

    Rue des Cordiers

    45

    Sewer Street

    Rue de l'Egout

    46

    Great Friars Lane

    Rue des grands Moines

    47

    Little Friars Lane

    Rue des petits Moines

    48

    A street leading to the Stews

    Rue allant aux Etuves

    49

    Cock Lane

    Rue du Coq

    50

    Bigging Street

    Rue des Béguines

    51

    Farthing Street

    Rue du Liard

    52

    Penny Lane

    Rue du Penny

    53

    Cow Lane

    Rue de la Vache

    54

    Boulogne-gate Street

    Rue de la porte de Boulogne,

    55

    Golden Street

    Rue d'Or

    56

    Fuller's Street

    Rue des Foulons

    57

    Old Haven

    Vieux Havre

    58

    Boulogne-well

    Puits de Boulogne

    59

    South Mill

    Le Moulin du Sud

    60

    Marshal's Tower Lane

    Rue de la Tour du Maréchal

    61

    The Lan thorn Gate

    Porte de la Lanterne,

    62

    Water Gate

    Porte de l'Eau

    63

    Mill Gate

    Porte du Moulin

    64

    Boulogne Gate

    Porte de Boulogne

    65

    Flood Gates

    Ecluses de Chasse

    66

    Rysebank or Risban

    Risbanc

    67

    Jetties

    Les Jetées

    68

    Towers with batteries for the defence of the town

    Tours avec batteries pour défendre la place

    69

    Ramparts

    Remparts

     

     RUES ET BÂTIMENTS DU PLAN CI-DESSOUS

     

    1 Rue des 5 Boulets                       13 Rue de Thermes                        25 Rue du Hasard

    2 Rue du Port                                 14 Rue de la Cloche                      26 Rue de la Douane

    3 Rue du Paradis                            15 Rue de la Citadelle                   27 Rue des Minimes

    4 Rue de Thonis                             16 Rue Notre-Dame                      28 Rue Royale

    5 Rue du Soleil                               17 Rue du Cygne                            29 Rue de Guise

    6 Rue de la Mer                              18 Rue de Croy                              30 Rue Neuve

    7 Rue du Havre                               19 Rue Eustache de St-Pierre       31 Rue St-Michel

    8 Rue de la Tête d'Or                     20 Rue des Prêtres                        32 Rue St-Denis

    9 Rue de l'Étoile                            21 Rue des Deux Moulins             33 Rue des Maréchaux

    10 Rue de la Poissonnerie            22 Rue du Roule                            34 Rue Française

    11 Rue de Courtenveau                 23 Rue de la Harpe                        35 Rue de la Rivière

    12 Rue des Mariniers                    24 Rue du Lion Rouge                   36 Rue des Boucheries

     

    A Hôtel de Ville                                             C Église Notre-Dame

     

    B Tour du Guet                                               D Hôpital Militaire

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique