• Louis XIV a frôlé la mort à Calais en 1658

    Le 1er septembre 1715, il y a exactement 300 ans, le Roi Soleil s’éteignait à Versailles, quatre jours avant de fêter ses 77 ans, un âge remarquable pour l’époque. Louis XIV régnait sur le royaume de France depuis le 14 mai 1643 – il n’avait pas encore 5 ans. On a beaucoup parlé de ses guerres, de son Versailles, de son mécénat culturel (Molière, Racine, Lully, etc.), de son absolutisme ; on sait aussi presque tout de ses ennuis de santé.

    Louis XIV a frôlé la mort à Calais en 1658

    La liste des maladies contractées durant ses 72 ans 3 mois et 18 jours de règne est très longue, d’une petite vérole à 9 ans au paludisme à 48 en passant par les indigestions, le ver solitaire, les problèmes cutanés. Mais le plus gros pépin de santé de Louis le Grand, un épisode marquant de sa vie,est lié à Calais !
    En 1658, le jeune Louis XIV – il a presque 20 ans – est en guerre contre les Pays-Bas espagnols, il assiège Dunkerque et Bergues mais le 30 juin «  à cause des incommodités du lieu, de la corruption de l’air, de l’infection des eaux, du grand nombre de malades, de plusieurs corps morts sur la place, et de mille autres circonstances, il contracta petit à petit un venin caché » selon son médecin Antoine Vallot. Sans doute un typhus exanthématique. Le 1er juillet 1658, entre dix et onze heures du soir, Louis XIV arrive à Calais. Il a de la fièvre, il délire, il a perdu l’appétit… Durant quelques jours, son médecin multiplie les saignées et les lavements, lui donne du julep une préparation pharmaceutique à base d'eau distillée, d'eau de fleur d'oranger, de sirop, de gomme arabique, etc. Le médecin tente tout ce qu’il peut, mais visiblement désarmé devant l’état de Sa Majesté, il appelle des collègues en renfort le 5 juillet dont Guénaut et Daquin.
    Le Roi a du mal à respirer, il est couvert de taches rouges. Impuissants, les médecins se querellent mais avec l’assentiment du cardinal Mazarin, ils optent le 8 juillet pour« un coup de maître » : le vin émétique, vomitif contenant de l’antimoine, remède dont le maniement était très risqué. Le vin a un effet immédiat, Louis XIV vomit et sa santé s’améliore. Vallot continue ses saignées, lavements et purgations. Le Roi, une force de la nature, se remet peu à peu, mettant du temps à retrouver ses forces et il ne peut marcher avec une canne que le 22 juillet. Grâce à l’émétique ? Mazarin crie au miracle !
    La convalescence se poursuit à Boulogne puis à Compiègne. Le roi retrouve son appétit et son apparence normale sauf qu’il a perdu ses cheveux, à cause de la fièvre. Chauve, Louis XIV commence à porter des perruques ; elles deviennent à la mode à partir de cet été 1658. 1658 c’est aussi la date de naissance, à Calais justement, de Georges Mareschal, futur premier chirurgien du Roi Soleil et fondateur de l’Académie royale de chirurgie. Un chirurgien dont l’habileté ne permit pas de vaincre la maladie gangréneuse qui fut fatale à Louis XIV le 1er septembre 1715.

    « L'école d'art à remplacé le PrisunicLe fort Rouge »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :