• R.C.Calais 15 janvier 1935

    Aujourd'hui dimanche, le F. C. Rouen, après avoir été mis en grand péril pendant la première mi-temps, battit ensuite Calais trop nettement pour que le résultat corresponde à la réelle différence de valeur entre les deux équipe.

     Les joueurs des deux camps voulaient la victoire et, après un début étincellent de Rouen, le débat s'anima jusqu'à verser dans l'excès, sous l'œil impavide d'un arbitre débordé. Le directeur de la partie était cet infortuné M. Gérardin, qui arbitra, on s'en souvient, le fameux match Sochaux-Strasbourg. Je ne veux pas recommencer son procès. Je me contenterai de dire que la foule le prit à partie au bout d'un quart d'heure de jeu et qu'elle protesta contre sa passivité. Il est heureux que Rouen ait gagné si confortablement; le succès rend indulgent.

     Rouen alignait son équipe ordinaire, avec Nicolas grippé, fiévreux et qui, cependant, accomplit quelques difficiles exploits à l'aile droite. Calais comptait deux remplaçants, aux postes d'arrière gauche et d'ailier gauche. Rouen prit, dès le coup d'envoi, l'ascendant et domina terriblement. Calais laissa passer l'orage et, une fois le cap d'un penalty pour faute de mains involontaire doublé, ses attaquants, en particulier le remarquable redresseur d'offensives et guetteur de buts Allison, allèrent de l'avant. Sur passe de Leroy, l'avant-centre écossais marqua le premier but après 19 minutes de jeu. Par un tir de 25 mètres, le demi-centre Maszlonka égalisa à la 27e minute ; une minute avant la mi-temps, Payen, reprenant de la tête un centre de Nicolas, donna à Rouen l'avantage par 2 but à 1.

     Jusque là, Calais avait bien résisté ; il était loin de s'avouer vaincu à la mi-temps, quand Lherminé, 45 secondes après la reprise, marqua un troisième but pour les Normands. Calais tomba alors de son haut ; Allison se laissa oublier ; le demi-centre Maloney accomplit son labeur sans plus croire à la possibilité du succès, et Payen obtint trois nouveaux buts, dont un très manifestement hors-jeu. Mais le R. C. Calais était depuis longtemps battu et il ne saurait invoquer cette erreur comme circonstance atténuante. Résultat final 7 buts à 2.         GABRIEL HANOT.

    F. C. Rouen : Leloup ; Hauchecorne,Artès ; Tassel, Maszlonka, Antoinette; Nicolas, Facco, Payen, Rio, Lherminé.

    R. C. Calais : Vandenberghe ; Philippo, Louchez ; Grandjean, Maloney, Cotrez, François, Walter, Allison, Deléglise, Leroy.

    R.C.Calais

    A Rouen, championnat de France, Rouen-Calais 7-2, le jeune avant-centre Payen (culotte blanche) en pleine action.

    R.C.Calais 15 janvier 1935

    « La traversée de la Manche en aéroplaneR.C.Calais 13 novembre 1934 »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :