• R.C.Calais 30 avril 1935

    Le seul fait marquant du match C. A. P.-Calais fut l'accident survenu à Herpin : une malencontreuse fracture du tibia déterminée par un tackling résolu d'un arrière calaisien. Et rien de plaisant ne vint atténuer l'impression fâcheuse laissée par cette péripétie malheureuse.

    A bien y réfléchir, la mésaventure de Herpin n'est pas purement accidentelle. Pour ma part, j'y vois la conséquence d'un jeu consacré tout entier aux coups de pied puissant pouvant être tout à la fois dégagements, passes, ouvertures ou shots. Au point de chute de la balle, il y avait en chaque occasion une lutte des plus vives avec accompagnement de manœuvres plus ou moins licites, plus ou moins dangereuses pour l'adversaire. La subtilité, la réflexion ne sont donc pas superflues en football puisqu'elles tendent à réduire les risques de blessures.

    Par 1 but à 1, les deux équipes firent match nul : entendez-le comme vous voulez.

    Le Racing Club de Calais a un demi-centre qui opère en soutien de défense, ce qui est admissible, et deux demis aile qui jouent également à la manière d'arrières de renfort, ce qui est beaucoup moins bien. Car si Maloney se permet de remplir le rôle de « policeman », il est indispensable que ses demis aile se comportent à la façon de demis d'attaque : sinon, les avants sont assurés de ne jamais recevoir une passe correcte. Et leur tâche, bien entendu, ne s'en trouve pas facilité.        Victor Denis

    R.C.Calais 30 avril 1935

    A Saint-Ouen, C.A.P.-Calais 1-1. L'arrière anglais Hall (C.A.P.) au 1er plan, vient de barrer la route et d'enlever le ballon au calaisien d'Ecosse Allison.

     

    R.C.Calais 30 avril 1935

    « R.C.Calais 8 janvier 1935R.C.Calais 12 février 1935 »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :