• Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Eglises

    Pin It

    votre commentaire
  • Divers 1

    Divers 1

    Divers 1

    Divers 1

    Divers 1

    Divers 1

    Divers 1

    Divers 1

    Divers 1

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

    Divers 2

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

    Divers

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Costumes

    Costumes

    Tenues

    Tenues

    Tenues

    Tenues

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Avant - Après

    Avant - Après

    Avant - Après

    Avant - Après

    Avant - Après

     

    Pin It

    votre commentaire
  • COULOGNE. Edgar de Laire est né à Paris en 1860. Où il meurt en 1941.

    Il y a presque cent quinze ans se Construisait l’usine de Laire

    Edgard de Laire, scientifique chimiste, a fait construire en 1905 l’usine de taire au niveau du pont de Coulogne.

    Scientifique chimiste, il va déposer plusieurs brevets qui lui permettront d’ouvrir une première usine à Issy-les-Moulineaux en 1897. En 1904, il dépose le brevet d’une matière thermodurcissable appelée maléaze. C'est en 1905 qu’il ouvre à Calais, le long du quai de l'Amérique, une usine sur un terrain de plus de dix hectares. Construite en béton armé, elle est idéalement placée entre le canal de Calais et la ligne de chemin de fer qui mène à Lille. A Calais, à l’époque, on produit le premier café décaféiné de France sous la marque Sanka. Dans cette usine, on fabrique aussi du camphre à partir d'essence de térébenthine et des produits de synthèse pour l‘industrie pharmaceutique et des parfums. Pendant la Première Guerre mondiale, l'usine fabrique des gaz asphyxiants. L‘ouverture de cette usine mais aussi de l‘usine Brampton à la même époque va fournir du travail aux hommes de nos campagnes qui deviennent en grand nombre ouvriers d’usine. Devenue Calaire chimie, puis rachetée en 2013 par Synthexim, l’usine continue son activité aujourd’hui.

    Il y a presque cent quinze ans se Construisait l’usine de Laire

    L‘usine fabriquant des produits chimiques était idéalement placée, non loin du chemin de fer et sur les berges du canal de Calais.

      FLECHE CONIQUE

     Quittons le canal de Calais et le pont de Coulogne pour nous diriger rue des Hauts-Champs jusqu'à la place de l'église Saint-Jacques. Construite en 1619 sur l'emplacement de l'ancien château féodal, l’église paroissiale est reconstruite en 1854 et terminée en 1858. Faite de briques blondes et rouges, elle se caractérise par sa tourelle placée à droite du clocher-porche. Cette tour étroite a une base circulaire et une flèche conique, forme totalement différente de celle du clocher. Sur sa façade une date au-dessus du porche, celle de 1858 et de sa bénédiction. L‘église fut rénovée en 1981. S.D. (CLP)

     

    Il y a presque cent quinze ans se Construisait l’usine de Laire

    L’église Saint-Jacques domine la rue de l‘église.

    Pin It

    votre commentaire
  • BRÊMES. L‘église Saint-Martin de Brêmes fut construite en remplacement d’une ancienne église devenue trop vétuste et trop petite pour accueillir tous les fidèles. Sa construction en forme de croix avec une grande nef précédée d'un clocher—porche dura de 1878 à 1885. On la doit à l’architecte Giesinger. Construite en briques rouges de pays, elle renferme une statue de Notre-Dame des Larmes datant du XVe siècle.

    Aujourd'hui, l'église a besoin de rénover son clocher qui présente des signes de fatigue.

    Une cheminée de briqueterie, " beffroi du travail "

    L‘église Saint—Martin de Brêmes date de 1878 et a aujourd'hui besoin de rénover son clocher fatigué.

    Quittons l'église et empruntons en face la rue de la Chapelle. A droite sur votre chemin, une petite chapelle dédiée à Notre-Dame des Larmes. Erigée en 1805, elle fut rénovée au milieu du XXe siècle. On suppose qu'elle renfermait, au début, cette statue du XVe siècle qui se trouve désormais dans l’église. Chapelle privée, elle est admirablement conservée aujourd'hui. Notre-Dame des Larmes est implorée pour tous les problèmes de vue. Après quelques virages dans le village et un peu de marche, on découvrira, au milieu des arbres, une cheminée construite en briques rouges.

    Une cheminée de briqueterie, " beffroi du travail "

    L'unique cheminée de la briqueterie Delcourt est encore debout, témoin d‘un passé industriel riche.

     Seul vestige de la briqueterie Delcourt, cette cheminée fut désignée « beffroi du travail » afin de symboliser le patrimoine industriel passé. La briqueterie Delcourt, florissante au XIXe siècle, construisait sur Brêmes des briques rouges. Concurrencée par l'arrivée de nouveaux matériaux comme le parpaing, elle cessa toutes activités en 1960. L‘argile, qui servait à la fabrication des briques, provenait des plateaux d’Artois et était amenée jusqu'à la briqueterie par un petit train sur voie étroite.  S.D. (CLP)

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • BALINGHEM. L‘église de Balinghem, construite vers l'an 1000, fut détruite par les Anglais en 1543. Elle fut reconstruite en 1558 et restaurée en 1704. Elle abrite un retable provenant de la chapelle des Carmes d'Ardres depuis la Révolution.

    L'église a connu différentes phases de travaux au XXe siècle avec la restauration des vitraux en 1966 et l'électrification de la cloche rendue possible grâce à la générosité des habitants en 1970.

    Un site magnifique au riche patrimoine religieux

    Un site magnifique au riche patrimoine religieux

    L‘église renferme le retable de la chapelle des Carmes d'Ardres acquis après la Révolution et le départ des religieux. On peut faire le tour du site et découvrir les stations du chemin de croix dû à un sculpteur de Calais.

    Quittons l'église de La Nativité-de-Notre-Dame, pour nous rendre non loin de là, rue du Camp-du-Drap—d’0n On arrive alors au site de la grotte de Notre—Dame de Lourdes, la plus grande de la communauté de communes Pays d'Opale. Cette grotte fut le vœu de l'abbé Chevalier en remerciement car Balinghem fut épargné pendant la Seconde Guerre mondiale. Les familles Dacquin, Ferrant et Picquet furent de généreuses donatrices. Cette grotte se situe sur l’emplacement du célèbre donjon du château fort détruit en 1547.

     Dans la grotte se trouve un autel où des fleurs et autres signes religieux ont été déposés. A droite au-dessus de l‘autel : une niche où l’on trouve une statue de la Vierge, avec cette inscription. « la paroisse reconnaissante 1939-1945». A ses pieds, une statue de Bernadette Soubirous se recueillant.

     UNE CHAPELLE DE 1954

    Au-dessus de la grotte, on accède à un calvaire érigé en 1952 sous la direction l’abbé Chevalier et réalisé par M. Evrard entrepreneur à Audruicq. Celui-ci est composé de trois statues : celle du Christ sur sa croix, celle de Marie et celle de Saint-Jean. Ce calvaire domine un autel sur lequel on trouve quelques fleurs.

     La chapelle a été construite en 1954. Ce bâtiment aux murs blancs est éclairé par deux petites fenêtres. Il possède un petit clocher et est meublé à l’intérieur de statues et d'un mobilier assez simple. Le 9 juillet 1957, on inaugura le chemin de croix dû au sculpteur de Calais Cauler. 

     

    Un site magnifique au riche patrimoine religieux

    La grotte de Balinghem a été érigée à l'endroit—même où se trouvait le château-fort autrefois.

    Pin It

    votre commentaire
  • SANGHEN. L‘église Saint-Martin date du XVe. Elle se caractérise par une grosse tour centrale, bâtie en pierres blanches, dont l’étage fut restauré au XIXe siècle. Recouverte de tuiles sur le chœur, l'église a un toit en ardoises sur la nef et le clocher, ce qui fait aussi sa particularité.

    C’est aussi au XIX° siècle que l'on construit, en briques rouges, la sacristie. Le 17 novembre 1878, on y inaugure et bénit une relique de saint Martin, qui devient alors lieu de pèlerinage.

    Une grotte « à loques » encore visitée aujourd'hui

     L‘église de Sanghen se caractérise par sa tour carrée impressionnante et son toit en ardoises et tuiles.

    Sanghen et son église furent bien souvent lieu de grandes processions pour fêter différents événements importants. En 1914, lors de la restauration du calvaire du cimetière, la procession traversa toute la commune. En 1920, on dresse vingt arcs de triomphe dans le village an d'inaugurer le monument aux morts sur lequel ont été inscrits dix-huit noms de poilus. Cette stèle est identique à celle d‘Alembon, commune voisine et amie. Il fut financé par souscription publique et donation de l'Etat. Autour, on trouve des obus de 280 mm, attribués à la commune en 1921.

    Une grotte « à loques » encore visitée aujourd'hui

    La grotte « à loques », dédiée à saint Martin.

     Le 17 juillet 1948, c'est aussi la fête lorsque Notre-Dame de Boulogne—sur—Mer, partie de Herbinghen, arrive au village. Juste à côté de l’église se trouve la grotte Saint—Martin. Elle est formée par des tilleuls minutieusement  taillés. Elle date du XIX° siècle et fut érigée sur une source miraculeuse.

     On y trouve une statue de saint Martin sur son cheval. Elle est dédiée aux enfants ayant du mal à  marcher. C’est une chapelle « à loques », car on y trouve des chaussettes accrochées par les familles qui viennent, encore de nos jours, chercher secours.  S. D. (CLP)

    Une grotte « à loques » encore visitée aujourd'hui

    Le monument aux morts de Sanghen est identique à celui d'Alembon. Il est entouré de ses obus de 280 mm.

     

     Une grotte « à loques » encore visitée aujourd'hui

    L‘église de Sanghen date du XVe siècle. On y bénit les reliques de saint Martin au XIXe siècle, ce qui en t un lieu de pélerinage.

    Pin It

    votre commentaire
snow