• Des lignes roll-on/roll-off au bassin Carnot inaugurées en 1969

    CALAIS. On lès appelle les Bo—Ro, ces bateaux qui inauguraient la ligne 1e octobre 1969. Roll-on/roll-off désignait les chargements et déchargements des marchandises à l’horizontal par l’intermédiaire d’une plate-forme. Le terminal se situe près de la cale de radoub au fond du bassin Carnot, à l’emplacement de l’ancienne base de sous-marins. Un hangar de 3 500 m2 était construit par la chambre de commerce avec chambres frigorifiques. Les lignes étaient alors gérées par la compagnie finlandaise Bore, avec la société Comarnord\et les employés de Silcock-Express. A l’époque les bateaux Bare arrivaient des pays nordiques avec des balles “de pâte à papier. Le trafic s’étendra aussi à la fin des années 1980 aux voitures neuves vers l‘Angleterre et l’Espagne. Ci-dessous dès 1969 une nouvelle rampe de débarquement était en construction avec à gauche, la soute arrière du Bore V. ! J.-P. P. (CLP)

    Des lignes roll-on/roll-off au bassin Carnot inaugurées en 1969

    Pin It

    votre commentaire
  • Des archéologues à la recherche du passé de la place d'Armes

    CALAIS. En juillet 2011, la municipalité confirmait la réalisation d’un parking souterrain place d’Armes. Les études réalisées en mai avaient repéré une nappe phréatique à quatre mètres de la surface et un niveau de perméabilité à 29 mètres. Le projet était alors revu à la baisse avec un parking sur un seul niveau. La direction régionale des affaires culturelles (DRAC) chargeait l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) d’ouvrir un chantier de fouilles. Une couche géologique du XIII“ siècle bien conservée était alors mise à jour. Il n’en fallait pas plus pour que Natacha Bouchart, maire, renonce en septembre 2012: « Nous renonçons au parking souterrain. La DRAC aimerait que les archéologues monopolisent le site pendant plus de trois ans. Pas question de retarder la rénovation de Calais ! » Ci—dessus, John Gendall peintre et lithographe britannique avait dessiné la place d'Armes en 1820. J.-P. P. (CLP)

    Des archéologues à la recherche du passé de la place d'Armes

    Pin It

    votre commentaire
  • La démolition des fortifications à l'est en 1884

    CALAIS. Avant 1885, il existait deux villes distinctes, Calais et Saint-Pierre-lès-Calais. Le Calais historique coincé dans ses remparts ne pouvait plus s’étendre. Ci-dessous à la fin du XVIII“sîècle, seulement un tiers de la surface était disponible pour des maisons, le reste était des emprises militaires.

    Au sud. la porte Royale et les fortifications intérieures étaient détruites en 1843. Il faudra attendre que l'enceinte extérieure sud le soit en 1883 et la porte Richelieu en 1885 pour que Calais-Nord puisse desserrer l‘étau des fortifications. En 1884, les remparts à l’est tombaient, permettant de développer un nouveau quartier, celui de l’Europe. Cette photo prise du phare montre la rue des Deux—Moulins qui deviendra la rue Berthois d’avant—guerre. L‘arrière de l‘église Notre—Dame est visible ainsi que les arbres du jardin Richelieu et ceux du parc Saint—Pierre. J.-P. P. (CLP)

    La démolition des fortifications à l'est en 1884

    Pin It

    votre commentaire
  • En 1945, une plage artificielle construite par les alliés

    CALAIS. La politique de destruction de l’armée allemande avant son repli avait pour objectif de réduire les infrastructures du port afin de retarder l'invasion alliée. Les ponts Vétillart et la cale de radoub étaient dynamités. Lorsque les Alliés libéraient Calais, ils faisaient du port la tête de pont de l’effort de guerre.Dans un premier temps, des rampes de débarquement de fortune étaient installées sur la plage. Une plage artificielle en béton était construite entre les quais situés de part et d‘autre des hangars Paul-Devot et des écluses Carnot. Ce plan incliné, photographié par Robert Chaussois en 1945, facilitait le débarquement des véhicules de guerre à partir des barges.

    Au même endroit, durant l’été 1940, l’agitation était à son comble. Les soldats allemands débarquaient les véhicùles à partir de rampes provisoires pour préparer l’invasion de la Grande—Bretagne. J.—P. P. (CLP)

    En 1945, une plage artificielle construite par les alliés

    Pin It

    votre commentaire
  • Des photos souvenirs face aux ruines de Calais-Nord

    CALAIS. Samedi 25 et dimanche 26 mai 1940, les bombes allemandes et les incendies ravageaient Calais-Nord. Se faire photographier devant des immeubles bombardés : quelle idée morbide ! Et pourtant officiers et soldats allemands paradaient devant les ruines, satisfaits de faire des photos souvenirs pour la propagande ou pour leur famille. Ici un officier allemand posait rue de Thermes. Axe de circulation vers le port, la rue avait été dégagée. A son entrée, l’hôtel Nègre était encore debout. Au fond, le musée avait perdu la partie haute de son beffroi. La Tour du Guet échappait miraculeusement aux bombes. Au sommet, seul la cage de verre et le toit de cuivre penchaient. Ci—dessous cet autre officier posait place d'Armes, au pied de la Tour. Les gravats des immeubles qui l'entouraient avaient été emportés. A l’arrière, le clocher de l’église Notre-Dame était encore intact. J.-P. P. (CLP)

    Des photos souvenirs face aux ruines de Calais-Nord

    Pin It

    votre commentaire
  • La nouvelle gare maritime et Terminus-Hotel

    CALAIS. La première gare mise en service en 1849 avait été construite face au bassin de Paradis. La ligne était prolongée vers une modeste gare maritime accolée à la jetée Est en son milieu. Dans le cadre des immenses travaux du nouveau port, une nouvelle gare centrale et une nouvelle gare maritime, toutes deux monumentales, étaient construites.

    L’inauguration des installations par le président Sadi Carnot se déroulait le 3 juin 1889. La gare maritime était dotée d‘un hôtel de standing, le Terminus-Hôtel. Sur la publicité ci-dessous, éditée par ce nouvel hôtel, on pouvait lire: Hôtel de première classe — Vue splendide sur la Manche — 40 chambres — Salons et restaurant — Bains à tous les étages — Bureau de poste et télégraphe — Téléphone — Eclairage électrique — Les billets de chemin de fer et bateaux sont délivrés dans l’hôtel — Prix modérés. J.-P. P. (CLP)

    La nouvelle gare maritime et Terminus-Hotel

    Pin It

    votre commentaire
  • Le pont Freycinet n'était pas reconstruit

    Cette photo a été prise en 1953 de la passerelle de la gare. Calais Nord se reconstruisait doucement. Au fond à droite, les immeubles face au parc Richelieu étaient sortis de terre. Les villas du quai de l'Escaut n'existaient pas, la chaussée ne sera refaite qu'en 1961. La piscine Ranson est, elle aussi, absente. Au pied du pont Freycinet détruit, le local du cercle de l’aviron existait encore. II déménagera pour laisser la place en 1956 à une piscine en plein air. Au premier plan, la cantine de la SNCF semble rudimentaire.

    Pin It

    votre commentaire
  • Calais et ses fêtes des fleurs

    On pourrait se croire dans le grand Sud avec toutes ces fleurs et pourtant cette fête a bien lieu à Calais. Celle-ci se déroule en 1906 et est restée gravée dans l’histoire locale grâce au photographe calaisien Omer Lefebvre qui tenait boutique boulevard La fayette. Les cartes Lefebvre, d'excellente qualité par leur cadrage et les sujets photographiés, sont très recherchées par les collectionneurs. Toute une série de cartes postales relate ce défilé du 26 août 1906 qui était parti du boulevard Victor-Hugo vers cette place d’Armes, photographiée ici avec au fond la rue de Thermes, et où se déclenchait une ba- taille de fleurs très appréciée.

    Pin It

    votre commentaire
  • Les De Gaulle visitent l'église Notre-Dame

    Le 6 avril 1921, le capitaine Charles de Gaulle épousait la Calaisienne Yvonne Vendroux à Calais.

    La cérémonie religieuse avait lieu le lendemain en l'église Notre-Dame. Quarante-cinq ans plus tard, en 1966, Charles de Gaulle, président de la République, accompagné de Madame, visitait une église Notre—Dame en pleine reconstruction. Le clocher se dressait à nouveau mais toute l'église n'était pas encore à l’abri des pluies. On voit ici le couple présidentiel franchir le portail de la rue Notre-Dame. Au-dessus de l'épaule droite du président, on peut reconnaître son beau-frère, Jacques Vendroux, alors député-maire de Calais.

    Pin It

    votre commentaire
  • Le pont Richelieu et l'entrée de Calais-Nord

    Voici le pont Richelieu au début du XX” siècle, baptisé pont Georges-V après la Grande guerre. Rien à voir avec l'entrée actuelle de Calais Nord. Les immeubles n'étaient alors pas alignés comme actuellement. Le pont était plus étroit, il sera élargi en 1957. L'enseigne du café Richelieu, qui se trouve à l‘angle de la rue Richelieu et du quai de la Tamise, existe toujours. En 1959, lors de la reconstruction des immeubles allant du pont Georges—V au pont Faidherbe, un pas-de-porte fut réservé à l'actuel café Richelieu qui jouxte le garage Peugeot, un café plus modeste que le café Richelieu d'avant-guerre, renommé pour son grand billard.

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique