• Zeppelins sur Calais

    Zeppelins sur Calais

     Depuis son invention au XVIII" siècle, le ballon dirigeable enthousiasme toujours petits et grands. C’est oublier que durant la première guerre mondiale, l’un des plus grands fabricants allemands, Zeppelin, en fit aussi une arme de guerre, moins pour bombarder que pour terroriser les populations civiles. Calais, bien qu’éloignée du front ne pouvait y échapper...

    Après la déclaration de guerre du 2 aout 1914 les populations doutent de l’utilisation de l’arme aérienne. Les avions « Taubes » et les dirigeables du comte Zeppelin semblent des menaces bien incertaines.

    Les événements confirment cette impression car seulement deux avions allemands viendront survoler la ville : l’un en septembre 1914, l’autre en décembre. Cependant des Zeppelins bombardent l’Angleterre le 20 janvier 1915 puis le 22 Dunkerque est attaquée par des avions.

    Le 25 février 1915 à 4h20 une dizaine d’explosions réveillent les Calaisiens qui, curieux, se précipitent dans les rues. Le silence revient mais soudain des moteurs puissants se font entendre. C’est dans leur grondement que le premier Zeppelin ayant attaqué Calais s’enfuit vers la mer. La nuit était très sombre mais quelques personnes ont aperçu un “gros cigare” dans le ciel. C’est un monstre aérien qui nous & survolé : le ZX mesure 158 m de long, son plus gros diamètre est de 15 m, son volume atteint 22 470 m5, le gaz utilisé est de l’hydrogène contenu dans de nombreux ballons indépendants. Une structure métallique donne sa forme à l’engin. Dessous se trouve une nacelle où se situent trois moteurs développant 650 ch, pouvant lui permettre d’atteindre les 80 km/h, son rayon d’action est de 2200 km.

    L’équipage comprend une dizaine d’hommes et il est possible de transporter jusqu’à dix tonnes de bombes. La gare des Fontinettes et les voies de chemin de fer étaient visées, elles ne subissent que des dégâts mineurs vite réparés.

    Mais au numéro 8 de la rue Dognin, il y a cinq morts. Ce sont les premières victimes civiles de Calais. Plus loin on trouve une longue banderole à laquelle est accrochée un message : “Nous reviendrons”. Notre ville est la première en France à avoir subi une attaque par dirigeable.

    Le gouverneur militaire décide que désormais les lumières de la ville devront être éteintes (c’est le couvre feu) et que l’artillerie antiaérienne devra entrer en action à la moindre alerte. Afin que son approche soit silencieuse le Zeppelin s’était laissé porter par le vent et son bombardement achevé s’était enfui à l’aide de ses moteurs poussés à fond.

    Un autre raid a lieu le 18 mars 1915 mais, pour faciliter son approche l’équipage avait fait fonctionner ses moteurs. Le Zeppelin est signalé, on l’attend.

    Il survole le Fort—Nieulay, jette ses bombes sur le quartier puis atteint les voies de chemin de fer et le boulevard Gambetta. Il vire et frappe Notre Dame, les vitraux sont pulvérisés. D’autres bombes tombent sur Calais-Nord et le port puis l’appareil s’enfuit vers la mer, poursuivi par notre artillerie. Celle—ci est peu précise mais ses tirs rassurent la population qui compte encore des victimes. Le dirigeable qui nous a attaqué est le ZXII encore plus volumineux que son prédécesseur.

    Lors du 3e raid (17/05/1915) la réaction de notre artillerie munie de projecteurs est plus rapide. Le Zeppelin s’enfuit lâchant ses bombes sur le quartier du Fort—Nieulay en causant des morts. 11 est cependant atteint puis se trouve poursuivit par des avions ; il regagnera péniblement sa base de Maubeuge.

    Le 28 juillet 1915 l’embouchure de la Tamise est visée mais ce raid massif de dix Zeppelins échoue. L’un se rabat sur Calais, il lâche quelques bombes heureusement inefficaces et s’enfuit.

    Zeppelins sur Calais

    Un habitacle minuscule sous l’énorme masse du dirigeable.

    Zeppelins sur Calais

    Une menace qu'il fallait prendre au sérieux

    Zeppelins sur Calais

    Trajectoire des différents raids sur Calais

    Zeppelins sur Calais

    Des raids toujours nocturnes

    Le 22 septembre 1916 Calais se trouve être, encore une fois un objectif secondaire. Quelques bombes sont lâchées heureusement sans conséquences. La dernière intervention a lieu le 17 février 1917. Elle vise les câbles sous—marins reliant la France à l’Angleterre à leur aboutissement à Sangatte. Les bombes se perdent dans les pâtures, les dunes et sur la plage.

    Ainsi, d’un raid à l’autre, les Zeppelins se montrent de moins en moins dangereux. Notre artillerie a beau jeu de s’attaquer à des cibles si volumineuses et somme toute peu rapides. De telles masses étaient difficilement maniables et ne pouvaient être utilisées que par vent faible.

    Des bombardements par avions et navires frapperont également notre ville durant cette guerre de 14-18.

    Zeppelins sur Calais

    De nuit les objectifs visés sont rarement atteints et les bombes frappent au hasard

    Jean—Henri Gardy, pour le comité de rédaction des Amis du Vieux Calais.

    Illustrations : Thomas Fieffé.

    « GuinesCalais, l'auberge des rois »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :